Créer son entreprise : les étapes

De plus en plus de Polynésiens se présentent à la CCISM pour obtenir des informations en vue de créer leur entreprise. Le nombre d’immatriculation a augmenté de 37 % entre le premier trimestre 2018 et celui de 2019. La confiance dans l’économie reprend et les Polynésiens se lancent !

• 1 – Présenter son projet
La première étape de la création d’une entreprise est la présentation de son projet. Écrire noir sur blanc son idée, la détailler, donner son origine. Un document dans lequel il faut également se présenter : retracer son parcours et son expérience. La preuve de la cohérence entre le(s) porteur(s) de projet et le projet lui-même doit être faite. Le but est d’éclaircir ses idées mais aussi d’emporter l’adhésion des futurs partenaires. Cette description est amenée à évoluer au fur et à mesure de l’avancée du projet, il vaut donc mieux écrire ce document sur l’ordinateur afin de pouvoir facilement le réactualiser.

• 2 – L’étude de marché
Quelle que soit l’activité de la future entreprise, il faut connaître un ou deux concurrents. Se montrer curieux pour en apprendre un maximum : les tarifications, leur propre parcours, les aléas de leur société… Cela permet ensuite d’identifier sa propre valeur ajoutée. Qu’est-ce qui va faire la différence ? En quoi puis-je être meilleur ? Ensuite, il est nécessaire de s’intéresser aux futurs clients et de déterminer le public ciblé. On peut tout simplement lancer un appel sur Facebook, faire des propositions et voir comment les amis réagissent, ou bien aller vers les gens et poser des questions. Les retours permettent d’affiner son projet et sa stratégie.

• 3 – Établir sa planification financière
Puis vient le moment de chiffrer tous les investissements nécessaires au lancement de son activité. Les frais de formalités, de formations éventuelles, de matériels… Tous les coûts doivent être additionnés afin d’avoir une idée précise de l’argent nécessaire. Il s’agira ensuite de s’informer sur les ressources pour financer ces investissements de départ. Des dispositifs d’aide existent. Grâce à ce travail, le porteur de projet sait exactement à quelle hauteur il doit solliciter la banque et grâce à tout le travail précédent (étape 1 et 2), le dossier sera rapidement rempli.

• 4 – Construire le compte d’exploitation
Encore des additions ! Mais cette fois, il faut compter les charges inhérentes à l’activité : électricité, essence, loyer, achat de matières premières, charges de personnel… Il convient aussi de fixer les tarifs de ses prestations, ses services ou ses produits. Là aussi, les porteurs de projet bénéficient d’un coup de pouce avec une exonération fiscale pendant trois ans pour toute création d’entreprise. De ces calculs, découle le résultat : l’entreprise sera-t-elle rentable ou non ? C’est peut-être le moment de faire des ajustements.

• 5 – L’analyse du risque
Dans cette cinquième étape, le porteur de projet doit récapituler son business plan (construit grâce aux étapes précédentes). Faire le point sur les forces, les opportunités, les faiblesses et les menaces. Il est aussi intéressant de « faire le point mort financier » : baisser le chiffre d’affaires virtuellement de manière à ce que le résultat soit proche de zéro. Cela permet de connaître la marge de manoeuvre de l’activité. Avec combien de produits vendus, est-ce que je rentre dans mes frais ? Et à partir de combien, je fais du bénéfice ? Quel est le chiffre d’affaires minimum pour pouvoir payer mes charges ?

• 6 – Les formalités : ouverture de sa patente
Enfin ! C’est seulement après toutes ces étapes que le porteur de projet peut ouvrir sa patente et faire le choix de la forme juridique de son entreprise : entreprise individuelle ou EURL, SA, SARL, SNC…

Infos pratiques :
• Durant toutes ces étapes, le Centre de développement et de formalités des entreprises de la CCISM accompagne, guide, oriente, les porteurs de projet.
Une fois l’entreprise créée, le Centre d’accompagnement en gestion (Cagest) propose des outils simples de gestion et de comptabilité.

Contacts : cdfe@ccism.pf
www.ccism.pf
Le Centre de développement et de formalités des entreprises est situé au pôle entreprise, derrière le siège de la CCISM. Il est ouvert du lundi au jeudi, de 7 h 30 à 16 h et le vendredi, de 7 h 30 à 15 h.
À télécharger : le guide de l’entrepreneur sur www.ccism.pf/guide-entrepreneur-2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *