Les secrets de Sandrine Pasbecq

La fondatrice d’Exotic Gardens et de SALT Event raconte ses débuts, le lancement de ses entreprises, ses difficultés et ses joies. Sandrine Pasbecq nous livre quelques secrets qui ont fait son succès !

Le lancement des entreprises
J’ai eu un déclic à mes retours de vacances ! À l’époque, j’avais la trentaine et je cogérais une société de communication. Les vacances m’ont permis de prendre du recul sur moi, ma vie professionnelle. Je commençais à m’affirmer, je voulais proposer des choses à mes clients en accord avec ma vision, les conseiller comme je le souhaitais et j’avais envie d’être chez moi. Je n’ai pas plus réfléchi, j’ai démissionné et lancé exotic gardens. nous étions deux et on travaillait de la maison. Certains clients m’ont suivie et j’ai développé l’agence en répondant à des appels d’offres. Ce que l’agence est devenue aujourd’hui, je ne l’avais jamais planifié !

Le premier gros contrat
Ce n’est pas le plus gros contrat mais c’est celui qui m’a le plus marquée : la fifa nous avait demandé de faire le clip de la chanson officielle (avec Sabrina Laughlin) de la coupe du monde de beachsoccer qui se déroulait à tahiti en 2013. nous avons eu un mois et demi pour le faire et nous étions trois. Il fallait gérer plus de cent personnes, j’ai fait travailler trois boîtes de production. C’était énorme ! C’est un grand souvenir tant au niveau du challenge professionnel que des rencontres humaines. Le clip est un joli résultat avec de belles images. J’y étais tous les soirs lors de la compétition et je suis devenue fan de foot ! Je m’en rappelle comme d’une période glorieuse où tout le monde était heureux.

Le jour où j’ai su que j’avais réussi
C’est maintenant ! Je suis allée à une soirée et j’ai rencontré des jeunes qui m’ont demandé ce que je faisais, je leur ai parlé d’exotic gardens et ils ont tout de suite réagi avec enthousiasme : « C’est toi Exotic ? », m’ont-ils dit. C’était drôle ! et ça fait drôlement plaisir de voir que ta marque est connue par des personnes de vingt-cinq ans qui sont encore étudiants. L’agence attire du monde : je reçois un CV par semaine.

Le jour où j’ai douté
J’ai douté le jour où on a essayé de ne pas me payer. Je commençais et chaque chèque correspondait au mois qu’on se faisait. nous n’avions pas de trésorerie. alors que nous avancions des frais pour des événements. J’ai eu peur… devenir chef d’entreprise, cela s’apprend. Ce n’est pas parce que tu as des commandes que l’entreprise fonctionne, c’est quand les chèques arrivent sur ton compte. aujourd’hui, je suis prudente mais heureusement cette mésaventure m’est très peu arrivée.

Ma gestion des échecs
Je pense qu’il faut rester humble et comprendre pourquoi on a échoué. Il faut se remettre en question et faire mieux la prochaine fois ! après, je relativise aussi car je fais de la pub, je ne soigne pas des gens. dans certains métiers, les échecs sont terribles. Je ne m’emballe jamais, ni ne me morfonds. Les échecs sont aussi parfois une question de timing, d’état d’esprit. Quelquefois, deux ou six mois après, ça fonctionne. Je sais aussi qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, il faut l’accepter.

Zoom
Exotic Gardens et SALT Event existent respectivement depuis dix et trois ans. L’équipe est constituée de onze personnes dont Sandrine. Exotic Gardens est une agence de communication globale qui travaille pour d’importantes entreprises comme ATN, Air Tahiti, Vini, Sopadep… SALT Event a notamment géré le lancement du nouveau Dreamliner d’ATN et la soirée des Trophées du sport retransmise en direct sur Polynésie 1ère. Elle propose beaucoup d’événementiels corporate. Sandrine Pasbecq a récemment vendu son agence à Maiti Rossoni avec qui elle travaillait depuis six ans : « Ça va redonner une belle énergie à l’entreprise », assure-t-elle, expliquant qu’elle restera auprès d’eux en tant que consultante et lancera bientôt un nouveau projet dans la création.

L’organisation de sa vie personnelle
Effectivement, j’ai un gros emploi du temps… J’ai un mode de vie plutôt monacale : je fais du sport, je mange bien et je dors bien ! Il n’y a pas de secrets, pour tenir la route, il faut prendre soin de soi. C’est un métier intellectuel où il y a une grande fatigue nerveuse. grâce au sport, j’évacue. Je dis à mes employés de sortir. Je ne veux pas les voir manger devant leur ordi à la pause déjeuner ! Quand on est sur le pont, on y est à fond, mais il faut des pauses, sinon ce n’est pas une vie. Je me suis organisée pour avoir du temps pour ma famille, mon fils, et moi. Il ne faut pas s’oublier.

Comment se déconnecter, se ressourcer ? 
Je fais un métier de création donc je ne me déconnecte jamais ! mais les breaks, les vacances, sortir, le sport, me permettent de couper avec le quotidien et de trouver de l’inspiration. J’ai toujours plein d’idées que j’envoie parfois à mes collaborateurs. on est toujours intéressé par son domaine quand on est passionné. Quand tu es gérant d’une salle de sport et que tu pars à l’étranger, tu vas forcément voir les salles de sport, par curiosité. J’ai aussi besoin d’être en phase avec mon environnement, je suis toujours en observation, c’est ma nature ! 

Contact :
Exotic gardens
tél. : 40.82.64.61
Facebook : Exotic gardens

Salt event
tél. 40.82.61.98
Facebook : Salt event

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *