Actus Déc 2019 – Janv/Fév 2020

Édouard Weber : nouvel administrateur en chef des Affaires maritimes

Le vice-président de la Polynésie française, ministre en charge de l’Économie bleue, Teva Rohfritsch, a reçu Édouard Weber, administrateur en chef des Affaires maritimes en Polynésie française, au début du mois d’octobre. L’occasion pour Teva Rohfritsch de rappeler la volonté du gouvernement de poursuivre le travail de coordination avec l’État et ses services, sur tous les aspects liés au développement des filières maritimes. Les échanges ont donc porté essentiellement sur les formations aux métiers de la mer ainsi que sur les moyens de travailler ensemble pour mieux identifier les besoins en emplois du secteur maritime.
Le service des affaires maritimes de la Polynésie française est un service du ministère de la Transition écologique et solidaire de Métropole. Il est chargé de faire respecter les dispositions prévues par les conventions internationales et dans les domaines de la sauvegarde de la vie humaine et de la sécurité en mer, l’habitabilité et les règles techniques à bord des navires, la prévention de la pollution, les normes de formation des gens de mer, la délivrance des brevets pour la marine marchande et les conditions de veille à bord des navires.


Apprendre à construire en terre
L’association Objectif terre a été créée en novembre 2017 dans le but de promouvoir l’écoconstruction en terre.
La construction en terre est la première que l’homme ait faite ; ce matériau était utilisé dans l’ancienne Mésopotamie, devenu l’Irak, il y a 9 000 ans. La technique a évolué avec l’utilisation de sacs que l’on remplit de terre, utilisés ensuite comme des briques pour monter les murs d’une maison. Une technique baptisée « Superadobe ». Après l’organisation d’ateliers de manière ponctuelle, l’association a organisé une formation du 4 au 9 novembre derniers, en partenariat avec Freedôms. Cette formation s’adresse à toute personne, professionnelle ou non, désireuse d’acquérir les bases de l’éco- et auto-construction en Superadobe. Aucune compétence particulière n’est exigée. La formation était animée par deux instructeurs de Freedôms, formés aux techniques de terre (Superadobe, Pisé, Boveda Catalana, …) et de permaculture.

• Pratique :

L’association Objectif terre est agréée centre de formation. Vous pouvez donc bénéficier d’un financement avec le Fonds paritaire de gestion.
Pour s’inscrire : objectifterre@gmail.com
Infos : https://objectifterre.pf
Facebook : Objectif terre


Le fonds polynésien de la BUPF accessible toute l’année
Étudiants, famille, groupe scolaire, entreprise… Les coulisses de la bibliothèque universitaire sont ouverts à tous. Elle accueille toute l’année des groupes désireux de découvrir le fonds patrimonial polynésien, en fonction des possibilités de leurs équipes. Il suffit d’adresser une demande à scd@upf.pf, quatre semaines avant la date choisie. Le groupe doit être composé d’au moins cinq et au plus neuf personnes. Chaque année, la bibliothèque propose également des rendez-vous culturels incontournables tels que des rencontres littéraires, la Nuit de la lecture, les Journées du Patrimoine. Suivez le calendrier des activités culturelles de la
B.U. sur : www.upf.pf.


Dix bougies et des projets pour le Fonds paritaire de gestion
Syndicalistes, chefs d’entreprises, élus locaux ou nationaux… tous étaient au rendez-vous, le 19 septembre pour célébrer les dix ans du Fonds paritaire de gestion. Le FPG gère depuis 2009 les cotisations de plus de 5 000 entreprises – soit près de 780 millions de francs en 2018 – qui financent des actions de formation des salariés mutualisées. Alors, à entendre la présidente de l’organisme, Lucie Tiffenat, cet anniversaire « marque des avancées majeures pour le pays » : 820 000 heures de formations financées, 33 % des entreprises cotisantes touchées… « Quand on a commencé, on consommait moins de la moitié des cotisations, aujourd’hui on frise les 100 %, insiste la chef de file du syndicat Otahi. Ça veut dire que le système marche et que notre pays forme. » Lieu de dialogue social où « syndicats et patronat laissent les armes devant la porte », le FPG aurait pu « se contenter de faire de la collecte et de la distribution, note Christophe Plee, président de la CPME. Mais les partenaires sociaux ont choisi de faire plus, de développer une vraie vision pour la formation » souligne le viceprésident du fonds. Raison pour laquelle le FPG, qui accompagne aussi les entreprises dans leur plan de formation et travaille à mieux définir les besoins par secteur, multiplie les projets. Derniers en date, le développement du partenariat avec France compétences, ou le raccordement de salles de visioconférence pour la formation dans les cinq archipels. « Plus les salariés sont formés, plus les entreprises sont performantes », rappellent les administrateurs du FPG. Un message adressé à tout le monde, « et surtout aux élus ».

Le CNAM fête ses 40 ans
Le Cnam existe depuis plus de deux cents ans en Métropole (créé en 1794) et depuis quarante ans en Polynésie française. Pour fêter son anniversaire, sa direction a inauguré une antenne à Rurutu, rappelant que ses convictions s’appuient sur « la formation pour tous et partout ». Cette antenne est la deuxième dans les îles. Le Cnam espère en ouvrir d’autres dans les années à venir pour toujours être au plus près des besoins des Polynésiens. Si le Cnam existe depuis si longtemps, c’est qu’il a su s’adapter aux courants modernes de son temps. D’ailleurs, un comité de pilotage élargi a réuni la direction du Cnam et les ministres du Numérique, du Tourisme et de l’Économie bleue, afin de coconstruire la carte de formations 2020-2023 du Cnam en Polynésie française. Avec toujours cette préoccupation : s’inscrire dans la modernité en mêlant culture et ouverture. Une grande soirée s’est déroulée le 30 octobre dernier au lycée hôtelier et du tourisme de Tahiti où se trouvent les locaux du Cnam pour fêter ses quarante ans.

• Quelques chiffres :
400 auditeurs formés en 2018
55 % des stagiaires sont des femmes
30,2 ans de moyenne d’âge
17 formateurs agréés
443 unités d’enseignement
66 589 heures de formation

Informations :
• Cnam Polynésie française
Tél. : 40.432.544
Email – secretariat@cnam-polynesie.com
www.cnam-polynesie.com
Facebook : CNAM PF


Permis multi-transports : tous les candidats reçus !
Dix-sept candidats se sont présentés à une session d’examen à Fakarava, aux Tuamotu, les 25 et 26 septembre dernier pour obtenir l’attestation de qualification professionnelle (AQP) à la conduite de véhicules multi-transports. Et 100 % des candidats ont été reçus !
Depuis la loi de Pays de mars 2018, une licence multi-transports est obligatoire afin de permettre aux professionnels du transport des archipels éloignés d’exercer une activité de transport de personnes et de biens avec un seul et même véhicule.


Direction Tahiti pour la lauréate du concours de nouvelles à Paris
Caroline Tang a divulgué, à Paris, le palmarès de la troisième édition du concours de nouvelles de la Délégation de la Polynésie française. La déléguée de la Polynésie française, présidente du jury, a tenu à saluer la performance de Corinne Kupper pour sa très belle oeuvre « Est… Fenua… et… Mon Amour… ». Vingt-sept auteurs ont participé au concours, que ce soit en langue française ou en tahitien, sur le thème : « Je quitte mon fenua pour la première fois ». La lauréate participera au salon « Lire en Polynésie » qui se déroulera du 14 au 17 novembre prochains à la Maison de la culture.


Apprendre à construire en terre
L’association Objectif terre a été créée en novembre 2017 dans le but de promouvoir l’écoconstruction en terre.
La construction en terre est la première que l’homme ait faite ; ce matériau était utilisé dans l’ancienne Mésopotamie, devenu l’Irak, il y a 9 000 ans. La technique a évolué avec l’utilisation de sacs que l’on remplit de terre, utilisés ensuite comme des briques pour monter les murs d’une maison. Une technique baptisée « Superadobe ». Après l’organisation d’ateliers de manière ponctuelle, l’association a organisé une formation du 4 au 9 novembre derniers, en partenariat avec Freedôms. Cette formation s’adresse à toute personne, professionnelle ou non, désireuse d’acquérir les bases de l’éco- et auto-construction en Superadobe. Aucune compétence particulière n’est exigée. La formation était animée par deux instructeurs de Freedôms, formés aux techniques de terre (Superadobe, Pisé, Boveda Catalana, …) et de permaculture.

• Pratique :

L’association Objectif terre est agréée centre de formation. Vous pouvez donc bénéficier d’un financement avec le Fonds paritaire de gestion.
Pour s’inscrire : objectifterre@gmail.com
Infos : https://objectifterre.pf
Facebook : Objectif terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *