Aiguiser son esprit critique

Entre les « fake news », les théories du complot qui fleurissent sur Internet et les vraies informations, comment faire le tri ? Faire preuve d’esprit critique peut aider à prendre de la distance et à garder les idées claires sur ce qu’on lit ou voit.

• Remettre en question ses propres idées
Nos lectures, les actualités entendues, les documentaires visionnés, sont autant d’informations qui peuvent être remises en question. Pas facile de faire preuve d’esprit critique, surtout envers nos propres idées. Nous voyons le monde à travers le prisme culturel dans lequel nous baignons. Un mot, un signe, une façon de penser, tout ceci diffère selon les pays, les cultures, les groupes sociaux… Il faut donc se méfier de son propre cerveau qui aura tendance à faire des raccourcis pratiques. Pour travailler cette remise en question, rien de tel que de se laisser surprendre par la connaissance. Facebook a tendance à nous faire tourner en rond dans nos propres certitudes ; se diriger vers d’autres sources d’informations permet de s’éclaircir l’esprit et d’interroger nos façons de voir. Il faut « bousculer » nos idées reçues !

• Vérifier les informations

Les « fake news » fleurissent sur Internet. Comment les détecter ? En commençant par aller se renseigner sur le site ou la personne qui publie l’information. Certains sites sont connus pour distiller ce genre d’info : des scoops qui n’en sont pas ou des chiffres et des phrases sortis de leur contexte. Aller vérifier d’où proviennent les chiffres ou chercher les phrases entières d’où sont extraites les citations peut permettre de se faire une idée plus fiable sur l’information. Plusieurs titres de presse mais aussi des radios et des télévisions ont d’ailleurs créer une rubrique spéciale pour décrypter l’information : Les décodeurs dans Le Monde (www.lemonde.fr/lesdecodeurs/), Désintox dans Libération (www.liberation.fr/desintox), Vrai ou fake sur France Info (www.francetvinfo. fr/vrai-ou-fake/), Désintox sur Arte (www.arte.tv/fr/videos/RC-016371/desintox/).

• Rester curieux

Être curieux de tout aide à développer son esprit critique. Comment fonctionne la centrale électrique d’EDT ? Qu’est-ce que la fibre ? Les plantes communiquent-elles entre elles ? Toute sorte de questions permettent d’enrichir ses connaissances. Internet offre des « fake news » mais également une ressource inépuisable de vraies informations sur une multitude de sujets. Autant en profiter !

• Lisez

Tous les livres sont bons à lire ! Que ce soient des biographies, des essais, des romans, des BD… de nombreuses ouvrages sortent chaque jour. Vous trouverez forcément de quoi satisfaire votre curiosité et vos envies. À travers les romans, vous apprendrez également : sur l’histoire, l’amitié, les parcours de vie différents, etc. Toute lecture enrichit.

• Ajuster son point de vue
Difficile de discuter quand on n’est pas d’accord. C’est le propre du débat. Pour réussir à défendre son point de vue, il faut parvenir à s’appuyer sur des arguments justes et solides et donc avoir réfléchi profondément sur un sujet. Il faut aussi écouter la partie adverse et se mettre à sa place pour comprendre la construction de ses arguments. Notre histoire, notre expérience, notre culture, fondent notre façon de penser. Se mettre à la place de l’autre, et comprendre ses idées à la lumière de son parcours et de son expérience, permettent d’affiner ses arguments et ses propres idées.

• S’ouvrir

Aiguiser son esprit critique passe par cette confrontation d’idées nouvelles avec ses propres idées. Se laisser surprendre et emporter par une autre façon de voir les choses ou d’aborder le monde maintient l’esprit ouvert. L’apprentissage des langues étrangères est un moyen d’entretenir et de conserver cette ouverture. Une langue véhicule une culture, une façon de penser, de croire, de voir… En apprenant une langue étrangère, en restant ouvert sur les autres cultures, vous apprendrez à poser un regard différent sur ce qui vous entoure.

« À New York, quand un taxi barre la route à un autre, le conducteur se met à crier. C’est parce que les Américains croient que l’autre a agi délibérément : alors ils veulent lui donner une leçon. Au Japon, les gens ne s’énervent jamais dans de telles situations. Les Japonais considèrent les erreurs des autres comme un événement aussi arbitraire que le temps qu’il fait et non comme une raison de s’énerver. » (La chute de John R. de Barry Eisler)

• Pour aller plus loin :
Lire Déchéance de rationalité (Grasset 2019) et La Démocratie des crédules (PUF 2013) de Gérald Bronner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *