Air Tahiti privilégie la formation en interne

CHEZ AIR TAHITI, LA FORMATION DES AGENTS RÉPOND À DES EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES AINSI QU’À UNE VOLONTÉ DE L’ENTREPRISE DE TOUJOURS AMÉLIORER SES SERVICES. LA PERFORMANCE EST LIÉE À LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET CONTINUE, ET CELLE-CI EST RÉALISÉE À 80 % EN INTERNE.

Partie d’une organisation aléatoire, la formation s’est véritablement professionnalisée chez Air Tahiti. Elle est aujourd’hui étroitement associée à la performance de la compagnie. « Un service formation a été créé. Des procédures ont été mises en place », explique Thierry Albert, DRH et DSI d’Air Tahiti depuis 1992, qui a participé à cette évolution. La formation a pris une place de plus en plus importante jusqu’à coûter 4 % de la masse salariale soit entre 210 et 230 millions de Fcfp par an.

Les agents Air Tahiti, agréés formateurs

Air Tahiti a pour obligation de former ses agents. « Au niveau des exigences réglementaires, nous avons énormément de contraintes pour tous les métiers. Cela concerne la sûreté, le transport de matières dangereuses, les opérations autour de l’avion, jusqu’à la circulation sur la piste… Il y a des formations initiales et des recyclages en permanence. On vient nous auditer régulièrement. Les gendarmes viennent et vérifient si les formations sont à jour et conformes au manuel déposé, etc. », explique Thierry Albert. Les formations doivent donc être pointues et extrêmement précises. Pour répondre à cette exigence de qualité, Air Tahiti a choisi de travailler avec son propre personnel. Des offres sont donc déposées en interne pour rechercher des formateurs dans les rangs du personnel, en fonction des besoins et des métiers. Une cinquantaine d’agents Air Tahiti en plus de leur métier de base, deviennent ponctuellement formateurs. « Ce sont des spécialistes du métier. Ils ont été formés auprès de IATA (International Air Transport Association) ou d’autres organismes internationaux qui délivrent un agrément. Ils reviennent ensuite transmettre leur savoir-faire auprès des employés. Nous les formons aussi à devenir des formateurs avec des stages en pédagogie, nous les accompagnons dans cette nouvelle tâche. Certaines personnes consacrent jusqu’à deux mois de leur année à la formation. »

Une expertise interne ajustée à l’entreprise
Ce système a un double intérêt : la personne a une expertise interne, les formations sont réellement adaptées pour l’entreprise. Et ce n’est plus seulement théorique, la pratique peut être tout de suite discutée car ces personnes ont la connaissance du terrain. L’essentiel des formations est donc réalisé en interne. Ces personnes sont appelées des « formateurs internes occasionnels ». Les modules de formation sont tous agréés par une autorité. Le but pour la compagnie est d’obtenir les agréments nécessaires lors des audits réguliers. Et preuve que le système est efficace : « Aujourd’hui, on obtient des agréments où le résultat est excellent, ce qui fait plaisir. C’est aussi la reconnaissance du niveau d’expertise de nos personnels dans différents projets qui  vient aussi alimenter cette satisfaction », pour Thierry Albert.

Un programme de formations régulières au profit de tous

L’entreprise propose aussi des formations pour le développement des compétences de ses salariés. Un autre programme qui contribue à la performance de l’entreprise. Il ne s’agit plus de formations réglementaires obligatoires mais de formations enrichissantes pour l’entreprise. En moyenne un agent Air Tahiti passe 3 à 4 jours en formation par an. Les salariés ont également droit à des aides financières pour se former : « Nous essayons de valoriser l’effort individuel de chaque employé », précise Raina Turner, responsable du service développement des compétences, formation et mobilité interne.

Partie d’une organisation aléatoire, la formation s’est véritablement professionnalisée chez Air Tahiti. Elle est aujourd’hui étroitement associée à la performance de la compagnie. « Un service formation a été créé. Des procédures ont été mises en place », explique Thierry Albert, DRH et DSI d’Air Tahiti depuis 1992, qui a participé à cette évolution. La formation a pris une place de plus en plus importante jusqu’à coûter 4 % de la masse salariale soit entre 210 et 230 millions de Fcfp par an.

Témoignage

Henri Calonnier agent de fret à l’international et formateur occasionnel

« Je connais le mode de travail de chaque service et de chaque agent »

« Je suis agent de fret à l’international à la base, et formateur occasionnel. Je forme principalement dans les secteurs des marchandises dangereuses, de la sûreté, tout ce qui est spécifique aux ATR, le chargement, la sécurité piste, les procédures fret. Je suis un peu le formateur multi-casquettes d’Air Tahiti !

Je suis rentré au fret en 2005 et je suis devenu formateur occasionnel pour remplacer une personne. Au début, je ne connaissais rien aux formations et je n’étais pas forcément à l’aise avec le public. J’ai eu le soutien de mon chef de service qui m’a dit que c’était un travail intéressant. Je me suis décidé à essayer. J’ai commencé par faire une formation pour devenir formateur. J’ai appris à m’organiser, à parler avec les gens. Et pour certains modules, je vais me former à l’étranger avant de transmettre ensuite mes connaissances.

La première formation que j’ai animé concernait le chargement. La première fois, ce n’est pas évident ! C’est stressant, les gens te regardent, te jugent. Cela fait maintenant cinq ans que je forme sur différents modules. J’ai la chance d’avoir fait beaucoup de terrain au fret, j’observais beaucoup ce que je voyais. Cela a été bénéfique pour mon travail de formateur. Je suis quelqu’un de timide et, grâce à ce travail de formateur, j’ai vaincu ma timidité. Je travaille avec différents services, avec plein de publics différents. Je connais le mode de travail de chaque service et de chaque agent. Je me déplace aussi dans les îles pour former les agents d’Air Tahiti. Maintenant je suis à 50 % agent de fret et à 50 % formateur ! Je trouve ça bien car ça casse la routine. J’ai la chance d’aller dans les îles. Ça m’apporte beaucoup de choses, je connais tous les chefs d’escale, les manutentionnaires… J’ai progressé aussi dans mon métier d’agent de fret, j’ai plus confiance en moi. Je ne m’imaginais pas du tout formateur quand je suis rentré chez Air Tahiti ! C’est beaucoup de travail et une certaine organisation mais je trouve que j’ai de la chance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *