Arrêtez de procrastiner !

LA PROCRASTINATION VIENT DU LATIN PRO SIGNIFIANT « EN AVANT » ET CRASTINUS QUI VEUT DIRE « DU LENDEMAIN ». PROCRASTINER, C’EST LA TENDANCE À REMETTRE SYSTÉMATIQUEMENT CERTAINES ACTIONS OU CERTAINS TRAVAUX AU LENDEMAIN. POURQUOI PROCRASTINONS- NOUS ET COMMENT FAIRE POUR ARRÊTER ? QUELQUES CONSEILS DE BRIGITTE DEL CORONA DE CAP’ AVENIR.

• La procrastination
Voilà une tendance qui ne nous aide pas à gagner du temps. La procrastination, c’est reporter à plus tard ce qu’on pourrait faire tout de suite.

• Pourquoi on procrastine ?

C’est justement toute la question à laquelle il faut réussir à répondre pour pouvoir passer à l’action. Généralement, le retour le plus répandu en Polynésie française c’est le fiu. Pas envie, gros coup de mou… Mais cette excuse n’est pas la raison véritable. Il se cache sous cette non-action, des explications plus profondes. « Il est important de connaître la véritable raison et, à partir de là, on peut se soigner ! » Un peu d’introspection honnête suffit à résoudre le problème.

• Les véritables raisons

Elles sont multiples et dépendent généralement de chacun. Ainsi, un problème relationnel, « ce n’est pas à moi de faire ce travail mais à mon collègue », entraînera un manque de motivation pour s’y mettre. Une tâche jugée trop importante qui va prendre trop de temps ou une affaire trop compliquée engendrant la peur de l’échec nous fait alors procrastiner. Les raisons peuvent aussi être liées à un manque de moyens, d’outils, de compétences, de finances, d’aide. Ou encore on juge l’ouvrage contraire à nos valeurs ou inutile.
La procrastination peut être le résultat d’une mauvaise compréhension du travail à effectuer. Certains laissent traîner car ils se croient meilleurs dans l’urgence. D’autres situations peuvent amener à remettre à plus tard : on se croit fort et il est hors de question de demander de l’aide, on peaufine et peaufine et peaufine encore pour finalement perdre un temps précieux, on dit oui à tout et à tout le monde et on se retrouve avec une charge de travail bien trop importante…

• Les solutions

Une des solutions très efficace est de s’engager soi-même sur un délai. On se fixe une date, on s’implique et on tient parole. Quand la tâche est jugée trop importante, il est possible de la découper en petits morceaux. On y arrive, étape par étape. Un objectif énorme devient plus accessible une fois réduit en objectifs clairs et faciles. La tâche n’est pas vue dans sa globalité mais palier par palier. Si un problème de compréhension se trouve à l’origine, il faut oser demander plutôt que de rester seul avec ses doutes et ses questions. « Il vaut mieux demander plutôt que de faire son travail de travers. » Pour ceux qui aiment travailler dans l’urgence, mauvaise nouvelle, ce n’est vraiment pas la solution.

« C’est très dangereux car s’il y a le moindre imprévu, ces personnes se retrouveront rapidement dépassées et ne pourront peut-être pas fournir leur travail ou accomplir la tâche qu’elles étaient censées faire. » Ces situations apportent généralement une dose de stress totalement inutile. Ces personnes pensent être meilleures dans l’urgence mais ce n’est qu’une croyance. Ceux qui ont peur de l’échec doivent prendre confiance en eux et se servir de leurs expériences passées réussies pour se rassurer et se lancer.

• Apprendre à mieux s’organiser

De manière générale, gérer un emploi du temps s’apprend. Cap’ Avenir propose une formation sur l’organisation : gérer son temps et ses priorités, organiser et optimiser son poste de travail sont les principaux sujets de cette formation qui pourrait bien vous faire gagner du temps !

Infos :
Cap’ Avenir
• Tél : 40.57.40.57
capavenir@mail.pf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *