Confectionner ses propres vêtements

La couture est une affaire de persévérance… Séverine Aline, fan de couture, a lancé sa marque en 2007 et ouvert son école en 2012. Des cours qui attirent de plus en plus d’apprentis désireux de créer de leurs propres mains.

TEXTE & PHOTOS LUCIE RABRÉAUD

Prendre le temps de fabriquer, de créer, de réparer : c’est tendance ! C’est ce que constate Séverine Aline qui a ouvert son école SG Couture en 2012. Ses cours sont souvent remplis et les participantes arrivent avant et repartent après l’heure. « C’est un mouvement général qui est en train de s’étendre. Les gens aiment faire les choses par eux-mêmes, que ce soit la cuisine ou la couture ! »

Un suivi personnalisé
Dans la salle de l’école de couture, les élèves sont studieuses. Séverine en accueille maximum cinq par cours. Il faut qu’elle ait le temps de suivre chacune d’elles, de réparer les petits accrocs ou de rassurer sur un problème d’aiguille ou de fil. Sur fond de ronronnement des machines à coudre, les apprenties couturières présentes ce jour-là sont toutes concentrées sur leur pièce de tissu. L’une prépare des vêtements pour enfants, l’autre une chemise, une autre encore un ensemble… Chaque élève vient avec son projet, que ce soit une création ou bien une envie de transformer un vieux vêtement. Mais on peut aussi venir en cours de couture sans avoir d’idée, seulement celle d’apprendre. Dans ce cas, Séverine a élaboré plusieurs programmes pour commencer dans de bonnes conditions..

Une histoire de patience

Avec une maman couturière chez Linvosges, Séverine a toujours « bricolé » sur des machines, comme elle le raconte. Dès l’âge de 15 ans, elle commence à coudre ses propres vêtements. « L’envie de créer est un truc que j’ai depuis toute petite ! »

La couture la passionne sans qu’elle puisse en expliquer les raisons. Quand elle arrive en Polynésie en 1995, elle donne des cours de couture pendant trois ans puis travaille à son compte comme couturière pour les boutiques de Tahiti où elle fait du sur-mesure, des retouches et crée finalement sa propre marque : SG Tahiti. Elle propose des chemises pour femmes et hommes, des robes… « Ce sont les retouches qui m’ont vraiment permis de comprendre comment étaient bâtis les vêtements. » Elle travaille beaucoup, un peu trop même. Un problème au bras la conduit chez le médecin qui la prévient : si elle continue à ce rythme, elle pourrait perdre son bras ! « C’est ce qu’il m’a dit. Ça a été l’élément déclencheur pour ouvrir mon école de couture. » SG couture a commencé il y a cinq ans. « J’adore transmettre, ça me rend heureuse. Quelquefois, les élèves paniquent un peu. Il faut savoir rester calme. La couture est une histoire de patience. Il ne faut pas avoir peur de monter puis de démonter si nécessaire. » Aujourd’hui, Séverine aimerait ouvrir une école de stylisme où elle enseignerait comment faire des patrons et des dessins. De quoi offrir aux créatifs la possibilité d’aller encore plus loin dans leurs idées de confection.

Pour débuter ou se perfectionner
Dans les cours de SG Couture, il est possible d’apprendre la couture depuis le début ou bien de venir se perfectionner. Que le projet soit simple ou élaboré, Séverine saura vous conseiller et vous guider. Il est possible également de venir avec des vêtements à customiser ou bien à transformer. Ou encore de venir sans idée ! Des machines à coudre sont également mises à disposition pour les élèves qui n’en possèderaient pas.

Info pratiques :
Programme des cours • La machine
• Housse de coussin (40 x 40)
• Trousse
•Short
• Jupe droite avec volant froncé
Tarifs : huit cours (16 heures) : 20 000 Fcfp
Stages de vacances pour enfants (10 à 15 ans) : 10 heures.
Tarif : 10 000 Fcfp

Contact:
SG Couture • Tél : 89.71.06.02
sg.tahiti@mail.pf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *