Confiance et intelligence pour plus de performance

Difficile de ne pas se préoccuper de la qualité de vie au travail de ses collaborateurs. Tahiti Formation, à travers sa structure d’accompagnement Tahiti Happy Management, organise le 18 juin prochain un séminaire sur la qualité de vie au travail et notamment sur comment initier la démarche.

Plusieurs études le montrent, la qualité de vie au travail impacte le travail lui-même. Un collaborateur heureux de venir travailler sera toujours plus performant qu’un autre qui se demande ce qu’il fait là. La qualité de vie au travail est donc un vecteur de performances. mais c’est aussi un retour au bon sens, que les patrons comme les salariés aient une relation gagnant-gagnant. La structure d’accompagnement tahiti Happy management, créée par Ketty Lusson de tahiti formation, organise des séminaires et accompagne les entreprises vers cette transformation.

S’il existe un vide juridique à ce sujet en Polynésie française, le Code du travail de la métropole l’a intégré à l’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013. Il y est précisé que « la qualité de vie au travail dés igne et regroupe sous un même intitulé es actions qui permettent de concilier à la fois l’amélioration des conditions de travail pour les salariés et la performance globale des entreprises, d’autant plus quand leurs organisations se transforment ». Le séminaire de tahiti Happy management a pour objectif de donner des conseils afin d’initier la démarche dans sa propre entreprise. des conseils théoriques, mais aussi de la pratique en ateliers, permettront aux participants de s’entrainer avant de se retrouver en situation réelle.

Volonté de la direction
La qualité de vie au travail doit être une volonté de la direction de l’entreprise. À elle d’impulser le mouvement.

Fixer un cap
On part d’où, pour aller où ? Après avoir pris la température, fixer des objectifs à moyen et long terme afin d’adopter un cap.

Facteurs du bonheur
Favoriser le lien social, faciliter la vie des collaborateurs (garderie, livraison de paniers de légumes, espaces collectifs…), l’aménagement des bureaux… Plusieurs transformations peuvent amener du bonheur.

– de contrôle + de confiance
Laisser une part de créativité, miser sur la possibilité que les collaborateurs vont créer de la valeur, encourager l’intelligence collective, reconnaitre l’autre et le laisser être ce qu’il est.

Diagnostic
Tout commence par poser un diagnostic grâce à des enquêtes et des entretiens. L’enquête peut être anonyme. Il faut être capable de mesurer la qualité de vie au travail grâce à différents outils externes ou à son propre outil interne.

Assurer un suivi
L’enquête et les entretiens doivent avoir lieu régulièrement afin de noter l’évolution de l’entreprise, les points à améliorer et mieux connaitre les attentes des collaborateurs. Absentéisme, arrêt maladie… Le suivi des marqueurs sociaux donne une idée.

83%
C’est le taux des collaborateurs qui se disent épanouis dans leur travail quand ils ont de bonnes relations avec leurs collègues.

Une transformation globale
Le canapé ou le babyfoot installés dans une pièce collective ne suffiront pas. Remettre de la qualité de vie au travail est une démarche globale de transformation de l’entreprise.

En métropole
Si les obligations de négocier portaient initialement sur des thèmes relatifs au travail, avec l’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013, les thématiques ont été étendues à celles liées à l’amélioration de la qualité de vie au travail.

Accord du 19 juin 2013
« La qualité de vie au travail vise d’abord le travail, les conditions de travail et la possibilité qu’elles ouvrent ou non de “faire du bon travail” dans une bonne ambiance, dans le cadre de son organisation. » « Il apparait que la performance d’une entreprise repose à la fois sur des relations collectives constructives et sur une réelle attention portée aux salariés en tant que personnes. »

Du 15 au 19 juin
C’est la semaine dédiée à la Qualité de vie au travail. Il s’agira de la 17e édition de cet événement organisé par le réseau anact-aract* pour valoriser les actions menées dans les entreprises, associations et établissements publics en faveur de la qualité de vie au travail. * L’agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail est un établissement public à caractère administratif français créé en 1973, et placé sous la tutelle du ministère du travail. L’aract est son pendant régional.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *