Construire avec la terre

L’association Objectif terre, qui réunit des ingénieurs, des architectes, des maçons, des bénévoles et des passionnés, propose un atelier pour apprendre à construire son abri en terre. Rien de farfelu, une technique ancienne comme le temps, modernisée par un architecte, et faisable partout !

Construire avec la terre : une technique vieille comme le temps. « La construction en terre est la première que l’homme ait faite. C’est un matériau utilisé en Mésopotamie depuis 9 000 ans », commence par expliquer david Chauvin, architecte et président de l’association objectif terre. La technique a seulement évolué pour s’adapter à des temps plus modernes. « Ce qui est nouveau est l’utilisation du sac que l’on remplit de terre, comme d’une brique. » au départ, c’est une histoire de conquête spatiale. La nasa consulte des architectes pour faire des bases sur la lune. dans l’impossibilité de transporter du béton ou de la terre jusque là-bas, l’un d’eux, nader Khalili, proposent de faire des constructions en « sacs de lune ». Il suffit d’emmener des sacs et on les remplira de la « terre » de la lune pour construire les bases. finalement, rien ne se fait sur la lune mais la technique intéresse des personnes sur terre et des constructions commencent à voir le jour avec cette technique, baptisée « super adobe ». des maisons que l’on peut construire partout, écologiques, résistantes aux incendies et aux tremblements de terre, rapidement, qui ne coûtent presque rien. elles sont utilisées notamment pour abriter les gens après des catastrophes liées à des tremblements de terre.

Objectif terre : transposer la technique « super adobe » en Polynésie

David Chauvin est architecte à Tahiti. en 2015, il participe aux assises de l’habitat en Polynésie française. Il est missionné avec un collègue, Mathieu Ambert, pour présenter le fare mtr. Lors de cet événement, ils rencontrent des architectes du ministère du développement durable qui demandent pourquoi il n’existe pas d’auto-construction, avec des matériaux locaux, en Polynésie. Pour un seul problème répond David Chauvin : les cyclones. Il faut que les constructions soient anticycloniques. La tôle, ça s’envole ; le bois, il faut des assemblages spéciaux ; on n’a encore rien trouvé de mieux que le béton mais la technique est chère et impacte l’environnement. « Pour du béton, il faut faire venir le ciment, la ferraille, prélever les agrégats dans les rivières… » Quelques mois plus tard, un de ces amis se lance dans une construction à bas prix et lui parle de la technique « super adobe ». Il découvre alors cette forme de construction avec des sacs en terre et pense tout de suite qu’elle pourrait convenir à la Polynésie française car elle est résistante aux cyclones. Les architectes du ministère du développement durable le poussent dans cette voie.

L’association objectif terre est créée en novembre 2017 avec l’objectif de promouvoir l’écoconstruction en terre. Les membres de l’association espèrent, à terme, réussir à proposer des constructions assurables : « Le projet consiste à mettre au point un référentiel d’écoconstruction terre en Polynésie française, c’est-à-dire plus particulièrement pour les maisons soumises aux conditions du climat tropical humide et périodiquement cyclonique du Pacifique sud. Ce référentiel se présentera sous la forme d’un cahier des charges ayant reçu un agrément du CSTB (centre scientifique et technique du bâtiment). L’objectif est d’obtenir une technique de construction fiable, bon marché, avec un bilan carbone amélioré par rapport au béton armé, avec un très fort potentiel de recyclage, une facilité accrue pour l’évolution du bâtiment dans le temps (extension, réparation), et ceci d’autant plus pour les constructions dans les îles éloignées de Tahiti. »

La terre :une solution d’avenir ?
L’association est aujourd’hui en pleine étape « recherche et développement ». un prototype a été construit à l’université de la Polynésie française afin d’expérimenter ce type de construction sur le terrain et de faire des mesures. des capteurs ont été posés à différents endroits pour évaluer les comportements de l’abri : mesurer la résistance thermique des parois et dresser le bilan carbone. Il faut également étudier son vieillissement, son étanchéité… un élève de master de l’uPf s’est emparé du sujet pour son mémoire et surveille de près le prototype. La construction en terre pourrait être une solutionparmi d’autres écoconstructions. « Il y a des milliers et des milliers de m2 de disponibles. Dès qu’il y a des travaux,faire une route, un terrassement, il faut enlever des m2 de terre. C’est une ressource qui n’est ni précieuse, ni rare. Contrairement aux constructions en béton qui nécessitent de l’agrégat de rivière, ce qui détruit l’écosystème, explique david Chauvin. Nous sommes, aujourd’hui, obligés de réfléchir à des matériaux plus écologiques pour les constructions. Cette technique peut résoudre l’équation : ce sont des matériaux locaux, pas chers, c’est rapide et faisable dans les îles et la construction est anticyclonique. »

Apprendre à construire
Objectif terre organise ponctuellement des ateliers pour initier à la technique « super adobe ». Les participants sont tout de suite plongés dans la réalité, car c’est autour de la construction d’un prototype que ces ateliers se déroulent généralement. Il est donc possible d’avoir une idée immédiate des étapes de la construction d’un abri en sacs de terre : « Ce sont les mêmes étapes que n’importe quelle construction : des fondations puis on monte les murs sauf qu’à la place des briques, on utilise des sacs remplis de terre. Il faut ensuite poser un enduit et c’est fini. C’est à la portée de n’importe qui. » Plusieurs professionnels interviennent généralement. L’idée est que les personnes s’approprient cette technique et pourquoi pas construisent leur abri de jardin en « super adobe ». d’autres événements, comme des conférences, sont parfois organisés par l’association pour expliquer la technique « super adobe ». Pour ne rien rater, liker la page facebook d’objectif terre.

Pour s’informer :
Association objectif terre
Pour s’inscrire : objectifterre@gmail.com
https://objectifterre.pf/
Facebook : Objectif terre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *