Décembre 2017 – Janvier et Février 2018

NOUVEAU : Un service d’information en ligne sur le droit du travail polynésien

Après avoir constaté la fragilité des petits entrepreneurs face au Code du travail polynésien et à son application complexe, Alexandre Chodzko, gérant de Tahiti Formation, ouvre un nouveau service en ligne : Tahiti RH. Ce site (www.tahitirh.pf) proposera de l’information en ligne sur la jurisprudence du droit du travail polynésien. Il suffira de s’abonner pour avoir accès à des contrats de travail adaptés, des fiches pratiques, des fiches conseils, des modèles, etc.
« Nous donnerons des exemples de procédures claires et adaptées pour ne pas se tromper. » Une difficulté du droit du travail réside dans l’évolution de sa jurisprudence qui change en permanence. Il devient compliqué de s’y retrouver quand on est patron d’une petite entreprise sans les moyens de s’offrir un juriste, un DRH ou un avocat spécialisé. L’idée du site est donc de rendre l’information accessible rapidement. Il n’est qu’une première étape et ne remplacera évidemment pas le travail d’un professionnel. Il permettra notamment de contacter des avocats à un tarif réduit pour obtenir des conseils juridiques.

Informations :
www.tahitirh.pf


Voyage : Une bourse pour partir étudier un an en Nouvelle-Zélande

Le gouvernement néo-zélandais propose une bourse aux étudiants polynésiens pour leur permettre de suivre une année de formation en Nouvelle-Zélande afin de développer leurs compétences professionnelles, d’acquérir une qualification et d’atteindre un meilleur niveau d’anglais.
La priorité est donnée aux étudiants qui portent un projet professionnel pouvant s’intégrer dans des schémas de développement définis par la Polynésie française. La bourse couvre les frais d’études, les frais d’hébergement en famille d’accueil, le billet d’avion, les frais de visa et la couverture médicale de l’étudiant. Une allocation financière lui est également versée tous les quinze jours pour couvrir les dépenses de transports publics, d’activités culturelles et autres.
La formation débute par un stage d’anglais intensif entre quatre et cinq mois puis l’étudiant commence sa formation dans un institut professionnel technique. Cette bourse est accordée aux étudiants de nationalité française, nés en Polynésie ou qui ont fait leurs études secondaires sur le territoire. Un bon niveau d’anglais est exigé et une expérience professionnelle recommandée. Après une présélection sur dossier, des tests d’évaluation et un entretien devant un jury, le consulat général fait des recommandations et le ministère des Affaires étrangères à Wellington sélectionne les étudiants. Les dossiers sont à retirer début décembre.

Informations :
Direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE), route de l’hippodrome à Pirae
• Tél : 40.46.28.00
dareic@education.pf


Partager le savoir : Le CNAM lance son cycle de conférences

Démocratiser et déployer la connaissance fait partie des missions du CNAM. Des conférences gratuites sont proposées au public chaque année. Pour cette nouvelle année scolaire, le CNAM initie trois journées entières de conférences débats qui se dérouleront dans l’amphithéâtre du lycée hôtelier. La première journée est prévue le 30 novembre sur le thème des métiers de demain. On y parlera du data mineur, des architectes de la réalité augmentée, des cultivateurs urbains, des métiers du codage… La deuxième sera organisée le 15 février sur comment « apprendre autrement » : pédagogie par défi, par projet, les tutoriels, les MOOCS, la VAE, etc.
La troisième journée aura lieu au mois de mai et sera dédiée aux métiers des services ou aides à la personne avec des conférences sur le handicap, les personnes âgées, les travailleurs humanitaires, les exclus, les détenus. Huit conférences-débats seront programmées durant chacune  de ces trois journées à l’issue desquelles des propositions concrètes seront consultables sur le site du CNAM. « L’objectif est de faire émerger des idées », explique Christophe Gomez, directeur du CNAM en Polynésie. Et d’entendre la voix d’un public qu’on entend peu. Cette année, ces conférences seront également diffusées en streaming et en web conférence. Chacun pourra donc les suivre de chez lui et même réagir et poser des questions. 

Informations: :
• Tél : 40.43.35.44


Rencontre : La ministre fait le point sur les projets pédagogiques des CJA

La ministre en charge de l’Éducation, Tea Frogier, a rencontré au début du mois d’octobre l’ensemble des directeurs des Centres des jeunes adolescents (CJA). Elle a rappelé son attachement à ce dispositif dans le champ de la préprofessionnalisation et de la lutte contre la rupture scolaire. L’occasion de souligner l’importance de ces structures rattachées aux communes et encadrées par des personnels enseignants polyvalents et impliqués. Les projets pédagogiques des Centres des jeunes adolescents et la mise en cohérence des parcours de leurs élèves avec celui du collège ont également été discutés.


Youtube : Une vidéo retrace l’évolution de l’UPF

Pour fêter ses trente années d’existence, l’histoire de l’université de la Polynésie française a été racontée en vidéo. Des images qui montrent la naissance de l’école, son évolution, la première pierre au campus d’Outumaoro jusqu’à nos jours. Trente ans condensés en cinq minutes qui célèbrent le savoir, le sport, l’envie d’apprendre… et qui se termine sur la maquette du futur pôle de recherche.
Une réalisation de Toarii Pouira de Iaorana Motion (http://iaoranamotion.com).

À regarder sur YouTube
• (https://www.youtube.com/watch?v=ncTCWHxc830&feature=youtu.be) ou sur le site de l’université
• (https://www.upf.pf/fr).


Sport : Des enfants des quartiers prioritaires initiés au golf

Le Club FACE Polynésie (Fondation agir contre l’exclusion), la Fédération polynésienne de golf et le Green Pearl Golf Course de Moorea ont signé le 20 septembre dernier une convention de partenariat afin de promouvoir la pratique du golf auprès des enfants des quartiers prioritaires de Moorea. Deux premières journées d’initiation ont eu lieu les 29 juillet et 14 août derniers. Près de soixante enfants se sont ainsi essayés à ce sport de précision. Une vingtaine d’entre eux ont été sélectionnés pour participer à une deuxième journée d’initiation, le jour de la signature du partenariat. Le club FACE et la Fédération polynésienne de golf parraineront des enfants qui souhaitent poursuivre cette activité. Ce parrainage, trimestriel et renouvelable, comprendra la prise en charge de l’abonnement, incluant une heure et demie par semaine de cours, un seau de balles de practice par jour et l’accès au parcours 7j/7j. De quoi donner un autre regard aux enfants des quartiers prioritaires sur le golf.


Rentrée : De nouveaux majors de promotion de licence parrainés par des entreprises du fenua

Lors de la rentrée solennelle à l’université de Polynésie française, la réussite des étudiants a été célébrée via la traditionnelle cérémonie de parrainage des majors de promotion de licence 2016-2017. Ce dispositif vise à promouvoir l’intégration professionnelle des étudiants et permet un partenariat fort entre l’université et les entreprises locales. Concrètement, certaines entreprises privées accordent une aide financière aux étudiants les plus méritants pour qu’ils poursuivent leurs études. Les étudiants de troisième année de licence en formation initiale qui ont obtenu la meilleure moyenne sont récompensés et encouragés dans leurs parcours. Cosoda parraine un élève en droit, le Medef en économie-gestion, Newrest en langues, littératures et civilisations étrangères régionales (anglais), EDT-Engie en  géographie, OPT  en histoire, Air Tahiti en langues, littératures et civilisations étrangères régionales (reo ma’ohi), Air France en langues étrangères appliquées, la Brasserie de Tahiti en lettres et arts, la banque Socredo en mathématiques, la Banque de Polynésie en informatique, Gaz de Tahiti en physique-chimie, Plastiserd en sciences de la vie et de la terre, et GPS en environnement océanien.


Rénover et améliorer : Audit en cours sur la formation de perliculteur et de greffeur

Le gouvernement souhaite rénover le dispositif de formation professionnelle dans le secteur de la perliculture afin de le rendre  plus efficient et efficace. C’est dans un communiqué que le ministère des Ressources primaires a annoncé qu’un audit était en cours sur les formations professionnelles « perliculteur » et « spécialisation et perfectionnement à la greffe » dispensées à Rangiroa. Cet audit, mené par la DRMM, intègre le recensement des besoins des professionnels en matière de formation, le diagnostic de la structure actuelle, située à Rangiroa, et des moyens mis en place, les offres de formation existantes et les dispositifs d’insertion professionnelle. Cette démarche débouchera sur une feuille de route présentant les perspectives pour la formation professionnelle dans le secteur de la perliculture. L’objectif est de permettre une réelle insertion professionnelle des stagiaires à l’issue de la formation. Une nouvelle offre de formations pourrait être proposée dès 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *