Juin – Juillet – Août 2018

Management
Les événements du Club Ideo pour innover et se former

L’association Tahiti Congrès, créée en 2014, par Cédric Vidal, consultant en droit du travail, et Laurent Devémy, professionnel du développement organisationnel et membre de l’ordre des conseillers en ressources humaines agréé du Québec, a pour objectif de « propulser et augmenter les compétences du fenua ». Un congrès est organisé tous les deux ans sur de nouvelles formes de management et de gestion d’entreprise. Entretemps, le Club Ideo prend le relais avec des événements ponctuels pour que les managers continuent leur progression. Il s’agit de garder l’esprit ouvert à l’innovation des méthodes managériales, de préparer les congrès à venir et aussi tout simplement l’avenir des différentes entreprises, sociétés et organisations. L’objectif du Club Ideo est « de mettre en mouvement l’intelligence collective, partager les expériences et les réussites, faire le point sur vos défis pour demain ». Les managers sont invités à « sortir des sentiers battus » et donner du sens à leur leadership.

Nouveau !
« Lâche-toi ! » : la formation pour prendre confiance en soi

Nouveauté de Tahiti Formation, les ateliers « Lâche-toi ! » permettent de prendre confiance en soi dans toutes les situations, de pouvoir prendre la parole en public, d’être à l’aise dans une conversation avec des inconnus ou encore de passer un oral devant une commission. Cette formation est basée sur des mises en situation concrètes pour une approche pragmatique permettant aux participants de se dépasser. Pour toute personne qui souhaite vaincre sa timidité ou améliorer son aisance relationnelle. Ateliers programmés les 7 juin, 27 août, 25 octobre, de 8h30 à 11h30

Informations :
•Séverine au 40.42.37.30 ou severine@tahiti-formation.co

Santé
Renforcer les compétences des associations

Un atelier sur le diabète s’est tenu en mars dernier dans les locaux de l’ISEPP. Organisé par le Pays avec la Communauté du Pacifique, il avait pour objectif de renforcer les compétences des associations œuvrant dans le champ des maladies non transmissibles et notamment du diabète, de renforcer les liens, et de rappeler le rôle de chacun pour favoriser le partenariat et la complémentarité entre les autorités sanitaires et le secteur associatif. Le programme de l’atelier comportait des présentations sur le diabète et les maladies non transmissibles, le rôle des associations, des exemples d’actions à mener, les aides dans le montage de projets et les recherches de financement et enfin, des temps d’ateliers constructifs.
En 2017, une étude a été menée sur la situation des associations de lutte contre le diabète en Océanie. Celle-ci a mis en lumière leurs difficultésde fonctionnement et le besoin de soutien en matière d’organisation, de financement et d’assistance technique pour permettre le déploiement de leurs activités.
Le Pays souhaite soutenir et renforcer les travaux des associations existantes, créer des réseaux et améliorer la collaboration afin de lutter efficacement contre le diabète dans les États et territoires insulaires océaniens.

Armée
L’âge de recrutement au SMA pourrait être repoussé

Le général Thierry de Ladoucette, commandant le SMA (Service militaire adapté), a été reçu le 20 mars dernier par le président Édouard Fritch. Le SMA réfléchit à une optimisation des moyens actuellement affectés en Outre-mer. Aujourd’hui, l’objectif des 6 000 jeunes dans les collectivités d’Outre-mer, dont 640 pour la Polynésie, est atteint. Pour les prochaines années, le général a évoqué l’éventualité de repousser l’âge de recrutement au SMA au-delà de 26 ans et de renforcer l’accompagnement psycho-social des jeunes recrues. En outre, il souligne que le taux de filles au sein du SMA est relativement faible en Polynésie, avec un ratio de deux filles recrutées pour huit garçons. Le lieutenant-colonel Sandrine Attia, à la tête du RSMA (Régiment du service militaire adapté) en Polynésie, et la ministre en charge de la Formation professionnelle, Tea Frogier, étaient également présentes lors de cette rencontre.

Art
Objets du fenua, nouveaux regards

Le musée des Arts et métiers situés à Paris a accueilli cinq artistes polynésiens contemporains au mois d’avril dernier : Hell Ton John, Knky, Andreas Dettloff, Jonathan Mencarelli et Tahe Drollet. Tous proviennent d’horizons variés mais partagent un trait commun : « La passion d’un fenua en pleine mutation, en pleine redéfinition de son identité. » L’exposition a été rendue possible grâce à une collaboration entre le CNAM Polynésie, le CNAM Paris, le musée des Arts et métiers de Paris, les ministères de la Culture et du Tourisme polynésiens, et la compagnie aérienne Air Tahiti Nui.

Palmarès
Six formations du CNAM classées parmi les meilleures par Eduniversal

Six formations du CNAM ont été mises à l’honneur par le classement Eduniversal 2018 des meilleurs masters, mastères spécialisés et MBA (Master of Business Administration). Pour son classement, Eduniversal se fonde sur la notoriété de la formation, les débouchés et le salaire du premier emploi à l’issue de la formation ainsi que le retour de satisfaction des étudiants.

Les résultats ont été annoncés samedi 17 mars à la Cité de la mode et du design, à Paris :
– Master Management de l’assurance : 1er du Top 10 Management et droit de l’assurance ;
– Master Organisation et conduite du changement : 2e du Top 25 Management stratégique de l’organisation et gestion du changement ;
– MBA Fashion Management : 5e du Top 10 Management de la mode ;
– Master Management des risques QSES et RSE : 10e du Top 20 Management de l’environnement et du développement durable ;
– Mastère spécialisé Conseil et ingénierie en organisation : 12e du Top 25 Management stratégique de l’organisation et gestion du changement ;
– MBA Manager d’entreprise (modalité temps plein) : 13e du Top 20 MBA Full time

Une première !
L’administration en formation

Une centaine de cadres supérieurs de l’administration de l’État, du Pays et des communes ont suivi une formation sur le thème de l’innovation publique de l’École nationale d’administration (ENA) au mois de mars dernier. Cette formation s’articulait autour de la thématique « comprendre et expérimenter l’innovation dans l’action publique ». Une première en Polynésie française !
Dans un communiqué, le président Édouard Fritch a souligné le fait que cette formation était fondamentale dans l’évolution des cadres face à l’innovation permanente du monde actuel. Trois journées de travaux et d’échanges ont permis aux participants de découvrir et d’acquérir des outils d’innovation, de nouvelles techniques d’animation et de susciter et mettre en pratique de nouvelles idées. « Votre devoir à présent est d’en faire quelque chose de productif pour vos organisations, votre personnel et pour le service public dont vous avez la charge », a conclu le président.

Une nouvelle réglementation
Une carte professionnelle est nécessaire pour les généalogistes, médiateurs fonciers et agents de transcription 

Les professions de généalogiste, médiateur foncier et agent de transcription sont désormais réglementées. L’accès à ces activités est désormais subordonné à l’obtention d’une carte professionnelle, uniquement accordée aux personnes répondant à des critères précis de capacité et de moralité permettant ainsi de garantir un service de qualité aux usagers. La demande de carte professionnelle doit être déposée à la Direction des affaires foncières. Si les conditions réglementaires sont réunies, la carte sera délivrée par le ministère en charge des Affaires foncières dans un délai de quatre mois maximum à compter du dépôt de la demande. Concernant les professionnels actuellement en exercice, une procédure simplifiée de délivrance de carte professionnelle est prévue. Depuis 2012, l’université de la Polynésie française a mis en place deux diplômes universitaires : un diplôme de généalogiste successoral (17 diplômés en 2015) et un certificat et diplôme inter-universitaires de médiateur (64 diplômés en 2015). Ces formations ne sont pas spécifiques à la matière foncière.
L’encadrement de ces professions a pour objectif d’assurer un service de qualité aux usagers. Les professionnels sont tenus d’apposer, en évidence, dans les lieux où est reçue la clientèle, une copie de leur carte professionnelle ainsi que le tarif des prestations de service.

Innovation
Un fare pote’e dédié au sport et à la culture

Un projet porté par le Pays a été sélectionné par le Centre national pour le développement du sport (CNDS). Il s’agit d’un fare pote’e qui comprendra trois espaces : – un espace couvert mais ouvert (de type préau), pour de multiples activités : du sport (tennis de table, lutte, arts martiaux, etc.), des activités de bien-être (développement de la motricité des enfants, fitness pour adultes, entretien physique pour personnes âgées, cours de cuisine diététique, etc.), de jeunesse (danses urbaines, jeux de rôles, hiphop, etc.) et culturelles (danse, chant, théâtre, conte, artisanat traditionnel, etc.) ; – un local closcomportant un espace de réunions, cyber-centre et mini-médiathèque et un espace cuisine, ainsi qu’un local de rangement pour le matériel des associations accessible depuis le préau, des sanitaires et un local « poubelles » ; – un théâtre de verdure, face à la partie ouverte du bâtiment.
Ce projet a été distingué par la ministre des Sports, Laura Flessel, dans le cadre de l’appel à projets lancé par le CNDS concernant les équipements sportifs innovants en territoires ultramarins. Le projet de la Polynésie française concerne l’ensemble de la population d’un quartier, d’une vallée, d’une île, des plus jeunes aux plus âgés. En tant que lauréat de cet appel à projets, le Pays se verra accorder une subvention par le CNDS pour effectuer les études de faisabilité et de programmation en vue de la réalisation de cet équipement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *