Le taux d’insertion s’améliore en 2018

L’année 2018 a été marquée par la création de la cellule insertion dont les chiffres sont prometteurs et la mise en place de nouvelles formations. Jean-Michel Blanchemanche, directeur général du Centre de formation professionnel des adultes (CFPA), retrace les moments forts de cette année et donne les objectifs pour 2019.

Quels ont été les événements marquants de cette année 2018 ?
Nous avons créé une cellule insertion qui a permis de communiquer auprès des entreprises, de promouvoir le CFPA et de développer nos contacts. Elle a été mise en place en avril 2018 et l’effet escompté a été atteint dès la fin de l’année. Aujourd’hui, les entreprises appellent quand elles ont besoin de main-d’oeuvre. Auparavant, le stagiaire cherchait seul son insertion ; dorénavant nous l’accompagnons pendant une année. Durant le dernier mois de formation, les stagiaires sont reçus à la cellule insertion pour connaître leur projet et leurs perspectives d’embauche s’ils en ont, et ils sont recontactés régulièrement pour faire un point sur leur situation professionnelle. Les résultats ont été excellents car les objectifs initiaux ont été dépassés. Paradoxalement, nous n’avons pas toujours la ressource pour répondre aux besoins des entreprises. Mais c’est une situation favorable aux demandeurs d’emplois.

Avez-vous atteint vos objectifs ?

Nous avons formé 755 stagiaires. Sur l’effectif des personnes sorties de formation, 71 % ont obtenu une insertion durable (CDI, CDD supérieur à six mois ou patente), 27 % en insertion de transition (CDD d’une durée d’un à cinq mois), 2 % ont poursuivi leurs études. Quarante-cinq salariés ont également suivi des remises à niveau ou des apprentissages particuliers : pour les métiers d’assistant de vie aux familles, de la plomberie et de maître d’hôtel.

Quelles ont été les nouveautés au niveau des formations ?

Nous avons mis en place la formation agent de maintenance de marine de plaisance sur Raiatea. Ces personnes travaillent sur les coques des bateaux, les gréements et périphériques. Sur Taravao et Raiatea, nous avons aussi ouvert une formation maraîcher en alternance, d’une durée d’un an. Ces deux formations seront reconduites cette année. Nous avons également créé le plateau pédagogique amiante, qui est installé au CFPA de la Punaru’u. C’est la direction du travail qui a demandé la mise en place d’une formation spécifique pour former des personnes à travailler au contact de produits amiantés. Deux de nos agents sont allés passer l’agrément à l’INRS pour devenir formateur amiante.

Nous avons également rajouté aux formations titrées, des qualifications complémentaires liées à la sécurité au travail. Tous les stagiaires du bâtiment et de la métallerie apprennent aussi le travail en hauteur, les échafaudages, l’habilitation électrique, etc. Ainsi, quand ils quittent le CFPA, ils sont employables immédiatement.

En 2018, nos agents formateurs ont tous suivi un perfectionnement avec un ingénieur de l’AFPA (L’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes est un organisme français de formation professionnelle, au service des Régions, de l’État, des branches professionnelles et des entreprises, NDLR), avec qui nous avons une convention. Cet ingénieur est venu faire une formation sur les techniques pédagogiques. Tous nos agents formateurs suivent également des formations pour mettre à jour leurs connaissances dans leur secteur respectif. Et cette année, ils vont être envoyés en entreprise pour se remettre à niveau sur les nouvelles technologies employées, mieux appréhender les besoins des entrepreneurs et adapter leur enseignement.

Quelles sont les formations qui connaissent toujours le même succès ?
Pour 2018, le bâtiment a été le meilleur secteur, tous corps confondus, que ce soit les finitions, l’électricité, la maçonnerie, les sanitaires, l’énergie renouvelable. Il y a énormément de travaux en cours et l’insertion y est excellente.

Le CFPA a fêté ses quarante ans en 2017, un nouveau bâtiment à Pirae a été inauguré, quels ont été les changements pour les formations ?
Nous avons une cuisine pédagogique toute neuve et aux normes. Auparavant, nous faisions avec les moyens du bord, aujourd’hui, nous avons une salle pour les exercices et une autre pour le restaurant. Une formation en alternance a eu lieu en 2018 où vingt-quatre stagiaires ont été formés pour devenir commis de cuisine. Grâce à ce nouveau bâtiment, la formation a gagné en qualité sur la gestion de l’hygiène alimentaire.

courrier@cfpa.pf
www.cfpa.pf
Facebook : CFPA
• Cellule certification (VAE) : 40.50.74.53
• Cellule insertion : 40.50.74.61

Les objectifs pour 2019

Parmi les 908 stagiaires programmés pour 2019, on compte 441 demandeurs d’emploi et 441 CAE pro.

Plusieurs nouvelles formations vont ouvrir :
– Assistant en informatique, qui était fermée depuis quatre ans, pour former des techniciens assistants en informatique (niveau IV) et des techniciens de supports informatiques (niveau III) ;
– Menuiserie, qui était fermée depuis au moins dix ans. Le CFPA relance la menuiserie agenceur pour apprendre la création et la mise en place de mobiliers ;
– Électricien du bâtiment où les stagiaires apprendront également la domotique ;
– Mécanique auto qui était fermée depuis le départ à la retraite du formateur il y a deux ans et demi ;
– les formations pré-qualifiantes de Taravao et Raiatea concernant les finitions bâtiment vont basculer en formations qualifiantes d’agent entretien du bâtiment ;
– Aidants familiaux, pour les familles qui s’occupent d’une personne âgée chez elles. Une fois formée, la personne aura une attestation qui lui permettra de toucher une indemnité payée par le territoire. Deux cents personnes doivent être formées cette année.

Le CFPA a également pour objectifs de ne pas dépasser 9 % de personnes qui partent en cours de formation, de maintenir 90 % de réussite aux examens et d’augmenter le taux d’insertion professionnelle.

L’établissement est également engagé dans une démarche qualité interne. Des procédures vont être mises en place à tous les niveaux pour améliorer l’organisation du centre de formation. Enfin, le CFPA commence sa dématérialisation complète. Dans les deux à trois ans, il sera possible de faire les démarches en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *