L’école démocratique : apprendre différemment

Annabel Gauthier et Sara Aline vont ouvrir la première école démocratique de Tahiti à la rentrée prochaine. Si ces deux femmes ont suivi une scolarité classique, elles ont toujours été intéressées par les alternatives, jusqu’à en faire un projet de vie.

Annabel Gauthier dit avoir eu un « parcours atypique ». Après le bac, la jeune femme cherche longtemps ce qui l’enthousiasme. Une seule certitude la guide, celle de faire des études supérieures, qu’elle pense nécessaires pour se protéger de la précarité et du chômage. IUT Techniques de commercialisation, puis sciences de l’éducation où elle obtient une licence et une maîtrise, et enfin un DESS en gestion des ressources humaines. « J’avais envie de transmettre mais aller dans le classique ne m’intéressait pas et je ne pensais pas pouvoir être enseignante ailleurs que dans l’éducation nationale. » Finalement elle va travailler pendant plusieurs années dans la formation professionnelle, dans l’hôtellerie, chez Air Tahiti, puis à son compte. Elle rentre quelques années en France où elle change totalement de métier et ouvre un commerce de prêt-à-porter, accessoires, déco. « Ça été une superbe aventure de créatrice d’entreprise où j’ai pris confiance en moi sur le fait d’entreprendre. » Mais la dimension humaine lui manque. Elle suit une formation de coach professionnelle  certifiée, lit des livres, voit des films et cela l’inspire. Elle veut créer une école alternative. Elle se forme aux pédagogies alternatives, notamment à l’école démocratique de Paris et lance le projet. Sara Aline la contacte.

Le projet Api

Sara est née à Tahiti, elle y a grandi puis est partie suivre des études d’art en métropole. Quand elle rentre au fenua, elle travaille comme professeure d’art. « Pendant trois ans, j’ai fait tous les niveaux d’âges dans l’éducation nationale, c’était très intéressant. Je n’ai pas voulu continuer car le système pédagogique ne me convenait pas. Mais je conçois qu’il convienne à d’autres et c’est très bien, il en faut pour tout  le monde. » Elle rencontre des parents qui font l’instruction en famille en s’appuyant sur la pédagogie Montessori. Elle devient elle-même éducatrice Montessori. Elle ouvre l’association Parents autrement puis part travailler à Tahiti International School où on lui donne carte blanche. « J’ai monté une classe montessorienne et un programme d’éducation à la paix. J’ai mis en place un système s’inspirant légèrement des écoles démocratiques. Confiance en soi, positive mindset, proactif, leadership… Je mettais en place des événements, des projets. Il y avait un suivi avec les parents. Mais au bout de cinq ans, j’ai eu envie d’aller encore plus loin ! » Elle entend parler du projet d’Annabel et se lance avec elle pour ouvrir une école démocratique à Tahiti, l’école Api.

Pour une autre société

Qu’est-ce qu’une école démocratique ? « Un lieu de vie où on apprend librement à tous âges, en fonction de ses intérêts en faisant confiance dans les lois naturelles de l’humain, c’est-à-dire sur le fait d’apprendre par soi-même et d’avoir envie de s’insérer dans le monde. La motivation intrinsèque est le moteur d’un apprentissage heureux », répondent Annabel et Sara. L’école Api accueillera des enfants à partir de trois ans, mais également des ados et des adultes, en questionnement par rapport à leur parcours d’orientation ou professionnel. Dans ce lieu, pas de professeur ou d’instituteur mais des « facilitateurs d’apprentissage ». « Il n’y a pas de transmission verticale. On peut leur apporter, les enfants peuvent nous apporter et entre eux, ils peuvent s’apporter également. »

Cette école, comme son nom l’indique, veut promouvoir la démocratie et fonctionne en démocratie : deux organes décisionnels gèrent l’établissement, un conseil d’école et un conseil de paix. Le premier s’occupe des règles du vivre ensemble et le second régule les conflits. Un membre de l’école compte pour une voix, quel que soit son âge. Le fonctionnement peut surprendre, il sort totalement des sentiers battus, mais il est une proposition pour ceux qui ne s’adaptent pas aux écoles classiques.
« Tous les dirigeants des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) ont mis leurs enfants dans des écoles alternatives. Aujourd’hui, ce sont des profils très recherchés car ils sont atypiques. On considère que les principes de la pédagogie de l’école démocratique, c’est aussi de former des leaders. D’ailleurs, une école démocratique ouvre chaque mois en ce moment en métropole. » Rien n’empêchera les enfants de passer des diplômes tout en étant à l’école démocratique. L’objectif d’Annabel et Sara est de « contribuer à faire émerger des écocitoyens libres et heureux et promouvoir un autre type de société ».

Infos pratiques :
• Tél. : 87.20.48.71
Facebook : Ecole Api
www.ecole-api.org
ecoleapitahiti@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *