Portrait du CNAM en Polynésie Française

LE CNAM EST UNE DES PLUS VIEILLES INSTITUTIONS DE FRANCE ET AUSSI DE POLYNÉSIE FRANÇAISE ET POURTANT IL RESTE PEU ET MAL CONNU. CHRISTOPHE GOMEZ, SON NOUVEAU DIRECTEUR DEPUIS NOVEMBRE 2015, ESPÈRE BIEN CHANGER LES CHOSES ET DONNER UN ÉLAN NOUVEAU À L’ÉTABLISSEMENT.

Plus de 500 diplômes, certificats ou titres, allant jusqu’au doctorat
Le Conservatoire national des arts et métiers a été créé il y a 250 ans par l’abbé Grégoire. Aujourd’hui, c’est un grand établissement d’enseignement supérieur et de recherche placé sous la tutelle du ministère chargé de l’Enseignement supérieur. Il est dédié à la formation des adultes, qu’ils soient sortis avec ou sans diplôme du parcours scolaire. Le CNAM est implanté en Polynésie française depuis 38 ans et pourtant, il reste peu ou mal connu, selon son nouveau directeur nommé en novembre 2015. Christophe Gomez souhaite donner un souffle nouveau à l’établissement et le faire briller à la hauteur de ses mérites. Le CNAM a plusieurs objectifs : accompagner la formation tout au long de la vie des « auditeurs », c’est-à-dire des personnes venues se former au CNAM. Que l’on soit patron, employé, patenté ou sans emploi, on peut accéder aux formations diplômantes du Conservatoire des arts et métiers. Le catalogue propose plus de 500 diplômes, certificats ou titres, allant jusqu’au doctorat. Le CNAM promeut la recherche à travers des études et des laboratoires travaillant sur des thèmes aussi variés que l’information et la communication, l’histoire des technosciences, la géomatique et le foncier, la mécanique des fluides, l’épidémiologie, etc…
Troisième et dernier objectif : démocratiser les connaissances pour les porter au grand public à travers des conférences et des séminaires.

Un enrichissement professionnel et personnel
Au premier semestre 2016-2017, le CNAM compte déjà 229 auditeurs, c’est-à-dire autant que durant l’année entière 2015-2016. La preuve que le CNAM est en train de grandir. « C’est important de se former tout au long de sa vie car les travailleurs d’aujourd’hui vont changer plusieurs fois de métiers. Il faut donc se former. Et puis cela permet de prendre de la distance par rapport à soi et à ses pratiques.
C’est l’opportunité d’acquérir de nouvelles techniques et de nouvelles méthodes. Une carrière professionnelle sans évolution, cela n’existe plus. Les métiers évoluent », explique Christophe Gomez. Ces formations sont aussi l’occasion de nouvelles rencontres où l’on peut échanger sur son métier et ses pratiques, sur ses difficultés et son avenir. C’est donc un enrichissement professionnel et personnel. « Les formations permettent de créer du lien et de se faire un réseau », ajoute le directeur du CNAM. Il y a également une vision plus large, à hauteur du Pays : « La formation permet d’asseoir une base d’experts en Polynésie française qui permet au Pays d’avoir des entreprises compétitives et de se mesurer aux standards internationaux. » La majorité des diplômes, certificats et titres délivrés par le CNAM est référencée auprès du Répertoire National des Certifications Professionnelles RNCP et donc reconnue par l’Etat. Le Conservatoire national des arts et métiers est la seule institution qui offre une palette de formations aussi large et accessibles à distance.

Les nouvelles formations  de 2017
• La carte du CNAM s’élargit encore en 2017, notamment dans la filière  de l’expertise comptable avec:
• le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion de l’Intec (Institut national des techniques économiques et comptables)
• dans le tourisme avec le certificat Manager, une entreprise touristique accueillante pour accompagner le développement du secteur
• dans l’immobilier avec le titre de gestionnaire immobilier pour professionnaliser le secteur.
Le CNAM souhaite également élargir son offre dans • l’associatif et l’humanitaire avec le titre de Responsable d’association et le certificat CNAM « Travailleurs de l’humanitaire ».

CHIFFRES CLÉS
229
auditeurs formés sur l’année 2015-2016

25 158 heures de formation
29 formateurs agréés CNAM Paris
500 diplômes et titres obtenus

Des conférences et des séminaires
• Le CNAM propose aussi des  conférences et des séminaires sur  différents thèmes afin de diffuser la connaissance auprès d’un public toujours plus large. Un cycle de conférence est programmé dès le mois de mars : « Comment réussir sa start-up loin des zones d’activités économiques » est programmée à la fin  du mois de mars aux Marquises, une deuxième conférence sur la sécurité internationale animée par un professeur de criminologie appliquée et consultant en sécurité française, est prévue à la mi-avril.

Et les îles ?
Des comptoirs CNAM sur tous les archipelsEn 2017, le CNAM va déployer des comptoirs dans les îles. Des guichets vont s’ouvrir à Moorea, Raiatea, Rangiroa, Nuku Hiva, Hiva Oa, Tubuai,  Hao et Mangareva. L’idée est d’abord de diffuser l’information : se former tout en restant dans les
îles est possible. Les guichets pourront enregistrer les inscriptions, donner des conseils et accompagner les personnes qui souhaitent se former. Des partenariats vont donc être créés avec la CCISM, les mairies et les collèges. « Permettre à tous et partout d’accéder à la formation supérieure » est l’objectif du CNAM.

Mise en place d’une filière et d’un campus numérique à la rentrée 2017
En 2017, de nouvelles offres de formations vont être proposées au CNAM pour répondre au mieux à l’évolution du marché de l’emploi. L’offre de formations va donc augmenter dans le numérique, secteur dans lequel le CNAM souhaite « développer un socle solide de compétences avec des formations adaptées, innovantes et spécialisées en accord avec les plus hauts standards internationaux ».

Plusieurs diplômes et certificats vont être proposés :
• le titre de programmeur d’application mobiles,
• celui d’analyste développeur,
• des certificats professionnels spécialisés « maquette numérique du bâtiment » et
• « innovation territoriales et données numérique » ou encore la poursuite de
• la licence professionnelle Web Analytics en alternance.
Pour l’occasion, le directeur du CNAM de la région Auvergne-Rhône-Alpes, M. Olivier Marion, sera présent au Fenua en avril 2017 pour rencontrer les partenaires publics et privés de la Polynésie française.
Le nouveau CNAM est en marche.

L’explosion des demandes de Validation des Acquis
• Les demandes pour passer la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) sont en pleine explosion. Pour 2017, la structure a déjà reçu 215 demandes. Les personnes souhaitent aujourd’hui valoriser leur expérience et acquérir le diplôme équivalent.
Si sur le terrain ce sont les compétences qui comptent, le diplôme reste encore un gage de savoir-faire. Malheureusement, l’expérience ne suffit pas si aucune qualification n’est là pour l’attester. La culture du diplôme est encore très présente sur le marché du travail. Pourtant les personnes sont nombreuses à avoir réussi de manière autodidacte en grimpant les échelons petit à petit et en se formant sur le terrain. Elles cherchent aujourd’hui à valoriser cette expérience grâce à la Validation des Acquis de l’Expérience. Les trois diplômes les plus demandés sont la licence et le master Gestion des Ressources Humaines et le diplôme d’ingénieur de niveau III (Bac +2).

Pourquoi choisir le CNAM ?

TÉMOIGNAGE
Mélina, directrice de COMEXIM
« Je n’ai jamais eu mon bac. Je suis sortie de l’école avec simplement un CAP de secrétaire dactylographie. En même temps que je passais mon CAP, je suis devenue vendeuse dans la société Comexim (commerce d’import-export). J’ai continué ensuite en m’occupant de la caisse et de la facturation. Mais j’avais de l‘ambition et je ne voulais pas en rester là. Un ami m’a proposé de reprendre mes études. J’avais 35 ans à l‘époque. Il m’a parlé de l’université et j’ai passé un DAE, soit l’équivalent du bac. Je ne pensais pas avoir le niveau et puis finalement j’ai obtenu mon diplôme. Ce même ami m’a ensuite  parlé du CNAM.
Je commençais à avoir la responsabilité du personnel dans la société et je voulais encore évoluer et essayer d’apporter des choses nouvelles à l’entreprise, en innovant ! Au début, je ne pensais pas en être capable. Je ne me rendais pas compte que durant toutes ces années de travail, j’avais appris beaucoup de choses. On m’a encouragée et je me suis lancée dans la formation gestion de l’entreprise et des finances.
Quand j’ai vu la liste des unités d’enseignement à obtenir, j’ai cru que je n’allais jamais y arriver ! Mais je me suis accrochée et je suis presque arrivée au bout. J’ai commencé il y a longtemps mais j’étudie à mon rythme. Aujourd’hui, il ne me reste plus qu’une unité à obtenir et j’aurai mon diplôme. L’équipe du CNAM m’a toujours soutenue. C’est dur parfois de jongler entre le travail et les études, mais quand je suis découragée, l’équipe me motive ! Ils me disent de ne pas lâcher, de continuer, parfois ils me relancent quand je ne donne plus de nouvelles. C’est une belle équipe !
Aujourd’hui, je suis devenue la directrice de la société. Mon mari et moi sommes propriétaires du fonds de commerce. C’était un objectif que j’avais dès le début d’où cette envie d’approfondir mes connaissances avec des études tout en travaillant.  Le CNAM y est pour beaucoup dans ma réussite.
C’était un rêve d’arriver jusque-là ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *