Raurea Maruhi, reconversion surprise !

Raurea Maruhi sait ce qu’elle veut. Titulaire d’une licence en physique-chimie et forte d’une année de master en aéronautique, elle a repris ses études et passé un bac pro gestion administration pour accompagner sa tante. Et s’est finalement reconvertie ! Récit d’une histoire pas comme les autres.

TEXTE & PHOTO LUCIE RABRÉAUD

Raurea Maruhi a quarante ans et elle n’a pas fini d’aller à l’école ! S’enrichir de connaissances fait entièrement partie de sa vie. Après un bac S, elle obtient une licence en physique-chimie puis part à Toulouse suivre un master en aéronautique. Elle veut devenir contrôleur aérien. Elle doit cependant rentrer sur Tahiti pour un souci familial et arrête son master.
Elle trouve un travail : technicienne en maintenance électrique à l’aviation civile. Sa vie semble installée. Mais une de ses tantes lui fait part de son souhait de passer un bac pro gestion administration qui lui permettrait de grimper les échelons à son travail. « Elle avait cette idée en tête mais elle doutait.
Elle a arrêté ses études en 4e. J’ai donc décidé de passer le bac pro avec elle pour l’accompagner et l’encourager. Je voulais qu’elle réussisse ! » Toutes les deux ont donc déjà leur travail à assumer, la vie de famille, les activités extérieures, syndicales et autres, s’y ajoutent les études pour préparer ce bac pro qu’elles vont suivre au Grepfoc. Tous les week-ends sont passés dans les livres et les cahiers. La semaine, elles se rendent au Grepfoc après le travail pour suivre les cours. À aucun moment le découragement n’a gagné Raurea, alors que cette filière est loin de lui plaire… « J’avais horreur de ce genre de secteur : secrétariat, bureau… Je n’aimais pas du tout ça ! » Mais voilà, grâce aux professeurs, c’est pour elle une révélation.

Le bac pro : tremplin pour un renouveau
Son bac pro en poche, mention Très bien pour Raurea et avec une moyenne très correcte pour sa tante qui frôle la mention Assez bien, la jeune femme veut continuer ! Raurea poursuit donc avec le programme du BTS Assistant gestion, toujours au Grepfoc. Les professeurs l’y encouragent. « J’avais le niveau, toujours des idées, j’ai aimé cette filière et je n’y croyais pas moimême ! Je ne me reconnaissais pas. » Le rythme ne l’arrête pas non plus ; au contraire, il l’enthousiasme.  

Au travail la journée et au Grepfoc le soir. Elle a soif de toujours en savoir plus. Pendant ces deux ans, elle effectue un stage chez Newrest. Son profil plaît immédiatement et le patron lui propose un poste de directrice de la communication. « J’étais emballée mais j’ai eu peur car je ne voulais pas arriver à ce poste comme ça. Je devais passer par certaines étapes avant d’arriver à ce niveau. » Avec beaucoup d’humilité, elle refuse cet emploi au profit de chargée de communication pour commencer. Elle se met en disponibilité de l’aviation civile pour vivre pleinement sa reconversion et voir si cette filière lui correspond.

« Au travail, je rencontre beaucoup de personnes, je ne reste pas dans mon bureau toute la journée, ça bouge. Il y a des challenges à relever. J’adore ça ! »
Raurea a donc changé de travail et continue ses études. Après son BTS, elle s’est lancée dans une licence économie gestion mention analyse financière avec le CNAM. « Je me suis reconvertie sans le vouloir ! » s’amuse-t-elle. Reprendre ses études et travailler n’est pas facile mais Raurea a un mental d’acier. « Je suis assez ambitieuse. Je ne me contente pas de peu. Ce sont mes grands parents qui m’ont élevée. Pour payer mes études, j’allais vendre les fleurs. Aujourd’hui, je veux leur renvoyer l’ascenseur et les aider à mon tour. »

Et ce n’est qu’un début !

Raurea a aussi fait des rencontres qui ont compté : ses professeurs du Grepfoc lui ont énormément apporté.
« La passion qu’ils ont de leur propre domaine est communicative. Ils m’ont donné envie de continuer.
Désormais, je veux tout apprendre, continuer à m’instruire. Je ne compte pas m’arrêter là ! » Elle est déjà inscrite pour une formation en langue japonaise et elle veut aussi apprendre l’allemand ! « Il faut faire ce qu’on aime et se donner les moyens d’y arriver. Quand tu as la connaissance, tu peux tout faire » affirme la jeune femme qui vit l’apprentissage comme l’acquisition de sa liberté.

Infos :
Grepfoc
• Tél. : 40.50.06.40
contact@grepfoc.pf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *