Savoirs pour tous : Rendre accessible la connaissance

LES CONFÉRENCES “SAVOIRS POUR TOUS” DE L’UNIVERSITÉ DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE SONT ORGANISÉES RÉGULIÈREMENT, TOUT AU LONG DE L’ANNÉE SCOLAIRE. LES SUJETS SONT VASTES ET VARIÉS, LES CONFÉRENCIERS VIENNENT D’HORIZONS DIVERS. L’IDÉE : RENDRE ACCESSIBLE LA CONNAISSANCE AU PLUS GRAND NOMBRE.

Les conférences “Savoirs pour tous” existent depuis 2008. L’université de la Polynésie française organise ce cycle pour plusieurs raisons. La première est de rendre la recherche universitaire accessible à tous. Les conférences sont donc libres, ouvertes et gratuites. Tout le monde peut y participer, qu’il ait un lien ou non avec l’université. « C’est de cette manière que le président de l’UPF voit la fonction de l’université au sein du territoire », précise Anthony Tchékémian, maître de conférences en géographie et aménagement du territoire et chargé de la programmation du cycle de conférences. Celles-ci sont une occasion de communiquer les dernières innovations en matière de recherches récentes et de les rendre intelligibles pour la société civile. « La connaissance n’est pas réservée à une élite. N’importe qui doit pouvoir assister à ces conférences et les comprendre. »

Une université reliée à son environnement

Une deuxième raison est la volonté de créer du lien. L’université ne fonctionne pas en vase clos. Elle est ouverte sur les autres universités et sur la population qui habite à ses côtés. Cette population qui l’entoure détient un savoir local et vernaculaire intéressant pour les chercheurs. Il s’agit d’inviter à l’échange et de promouvoir le partage. « Nous voulons créer du lien entre une université qui ne connaît pas forcément les besoins de la société civile et une société civile qui ne sait pas forcément ce que l’on fait à l’université », explique Anthony Tchékémian. La conférence se termine d’ailleurs généralement par une séance de questions-réponses et les questions du public peuvent interpeller les chercheurs, leur apporter un autre regard. C’est aussi une manière pour certains d’entre eux qui n’ont pas complètement terminé leurs recherches sur un sujet de le tester sur la population et de recueillir ses réactions. « On sort du cadre scolaire, le public est souvent composé de personnes plus âgées, plus aguerries », ce qui offre des échanges captivants. Pour avoir un public le plus large possible, les conférences sont organisées le soir, à 18h15.

Ouvrir les savoirs de l’université et secouer les croyances
Un autre motif qui préside à ces causeries est de montrer la diversité des chercheurs, des travaux et des enseignements. Les sujets étudiés à l’université sont vastes. Ils vont de la géographie à la littérature, en passant par le développement personnel, la psychologie, l’aviation, l’histoire, la culture polynésienne, l’ethnologie… « Tous les sujets sont intéressants, affirme, enthousiaste, Anthony Tchékémian. Il faut simplement que cela reste une démarche scientifique. Tout sujet est abordable du moment où le conférencier a des bases solides, une riche expérience dans le domaine ou une assise scientifique. Ces conférences permettent de montrer l’éventail des savoirs mobilisés par l’université. » Ce qui est le cas à en juger par les premières conférences de cette année scolaire 2017-2018 qui ont abordé l’estime de soi, la redynamisation, le tourisme dans le Pacifique, le tapa et l’art contemporain. Une diversité représentée par les conférenciers eux-mêmes qu’ils soient issus du Pacifique, de la Polynésie française ou bien de l’autre bout du monde. C’est un autre argument en faveur de la mise en place des conférences Savoirs pour tous : apporter cette ouverture. « On veut décloisonner les savoirs, les rendre compréhensibles, intelligibles, accessibles. À travers ces conférences, nous souhaitons intéresser un maximum de personnes à un maximum de sujets. L’idée est aussi de balayer les préjugés, d’apporter la connaissance. »

Le cycle “Savoirs pour tous” secoue les gens et leurs croyances. Anthony Tchékémian, qui l’organise, y participe également à chaque fois et assure y apprendre toujours beaucoup. Son objectif est aussi de susciter des vocations et de créer l’envie et la soif d’apprendre. D’ailleurs, certaines personnes qui ont participé à ces conférences ont ensuite repris leurs études ! L’université a pour projet de retransmettre ces conférences sur Internet afin de les rendre encore plus accessibles notamment aux habitants des îles, à ceux qui ne peuvent se déplacer facilement ou qui souhaitent simplement rester chez eux tout en continuant à découvrir et apprendre.

Contact :
• Amphi A.3, à 18h15.
Entrée libre et gratuite.
29 Mars : conférence sur Bougainville
26 Avril : conférence sur la vaccination
Infos : www.upf.pf
Université de la Polynésie française

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *