S’occuper des personnes âgées

La population vieillit. Mauvaise nouvelle pour le financement des retraites ou de la maladie mais bonne nouvelle pour les opportunités en termes d’emplois. Les aidants professionnels sont de plus en plus recherchés.

La Polynésie française n’échappe pas aux tendances mondiales et notamment celle du vieillissement de la population. Aujourd’hui, un Polynésien sur dix a plus de 60 ans, soit 9 % de la population ; en 2027, ce sera un Polynésien sur six, soit 17 %. La population âgée de plus de 60 ans va donc doubler, passant de 22 390 personnes aujourd’hui à 54 877 en 2027 (chiffres ISPF). Plusieurs solutions existent pour les personnes dépendantes : la maison de retraite, le service de soins de longue durée, le foyer d’hébergement associatif, les familles d’accueil, les maisons d’accueil et unités de vie ou encore le maintien à domicile. C’est cette dernière solution qui est au coeur du nouveau dispositif présenté par le gouvernement en avril dernier : « aidant feti’i ». Quelles que soient les options choisies par les familles, les métiers autour des personnes âgées sont appelés à se développer. Il s’agit d’accompagner nos anciens à bien vieillir, de les soigner, les rééduquer parfois… Les métiers se développent, des secteurs se professionnalisent et chacun peut y accéder, indépendamment de son niveau, et ensuite évoluer dans ce domaine.

Le choix de la professionnalisation
Aujourd’hui, de nombreuses personnes exercent déjà ces métiers et accompagnent des personnes dépendantes en étant peu ou pas formées. Grâce aux formations proposées par les différents établissements, les stagiaires se professionnalisent, trouvent ainsi plus facilement du travail auprès des seniors et valorisent leurs métiers. Pour le Cnam, qui propose un Certificat professionnel d’accompagnant professionnel de la personne âgée, accessible sans prérequis de diplôme, « il devient nécessaire dans une société vieillissante, de valoriser ce domaine d’activité en proposant un diplôme correspondant au métier exercé. Ce certificat devrait permettre à la fois aux personnes déjà en poste mais également à de nouvelles recrues de faire ce métier par choix et donc de suivre une formation adaptée conduisant à l’obtention d’un diplôme leur permettant ainsi de s’imposer comme un professionnel diplômé dans leur cadre professionnel et au sein même de la société ».

Un nouveau dispositif : « les aidants feti’i »

Présenté au conseil des ministres du 3 avril dernier, le nouveau dispositif, appelé « aidant feti’i », à destination des personnes les plus vulnérables, vient d’être créé par le ministère de la Famille. Il permet à un proche de devenir l’aidant familial et d’être indemnisé. Il est dédié aux personnes âgées et/ou handicapées vivant à domicile, dont l’état de santé requiert une assistance ou nécessite une surveillance régulière. Cette nouvelle disposition propose une indemnité de 50 000 Fcfp à destination du « feti’i » désigné par la personne âgée et/ou handicapée. La demande doit être faite par la personne âgée et/ou handicapée auprès de la Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité (DSFE). Cette aide financière sera allouée mensuellement, sous réserve de certains critères d’éligibilité (notamment le suivi d’une formation au CFPA). Pour le gouvernement, ce dispositif contient plusieurs atouts : il donne l’opportunité à la personne âgée et/ou handicapée d’être assistée par la personne de son choix issue de son environnement familial et social et favorise son maintien à domicile. Il permet également aux personnes qui oeuvrent auprès de leurs proches d’être reconnues et indemnisées.
Les aidants feti’i bénéficieront d’une formation technique et professionnelle leur permettant d’accéder à une préqualification dans le domaine du service à la personne avec la remise d’une attestation de formation validant leurs compétences et acquisitions. Ce peut être un tremplin pour d’autres formations professionnalisantes dans le domaine telles que celles de l’auxiliaire de vie ou de l’accueillant familial. Grâce à cette formation, le dispositif garantit à la personne aidée une prise en charge efficiente.

Infos pratiques :
Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité
• Immeuble Te Hotu, Papeete
•Tél. : 40.46.58.46
mail : secretariat@solidarite.gov.pf
Facebook : dsfe.pf
Ouvert 07:30 – 15:30

Différentes formations possibles :

• Certificat professionnel d’accompagnant professionnel de la personne âgée au Cnam
Il n’y a pas de prérequis pour suivre cette formation. Seul un entretien individuel de motivation permet de sélectionner les candidats. Cette formation transdisciplinaire (communication, santé, psychologie, droits et obligations …) est qualifiante. Des études de cas, ainsi qu’un stage, complètent la formation.
Renseignements : www.cnam-polynesie.com ou sur Cnam Polynésie

• Assistant de vie aux familles au CFPA
Ce titre de niveau V est accessible aux personnes de niveau fin de 3e. Elle dure 26 semaines et permet d’exercer différents métiers auprès des familles : auxiliaire de vie, garde d’enfants, aide à domicile et garde à domicile. Une évaluation des compétences et un entretien devant un jury de professionnels clôt la formation. Cependant, elle n’est pas programmée dans les mois qui viennent.
Renseignements : www.cfpa.pf ou sur CFPA

• L’aidant feti’i au CFPA

Pour bénéficier de l’indemnité, il faut d’abord obtenir l’attestation de suivi de la formation « aidant feti’i » dispensée par le CFPA. Les candidats à cette formation doivent déposer une demande auprès de la Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité. C’est à l’issue d’une enquête sociale qu’ils seront acceptés ou non. Il n’existe aucun prérequis de diplôme mais la personne doit être enregistrée au RSPF ou au RNS. La formation dure 62 heures, soit dix jours répartis sur cinq semaines. Elle comprend des cours de sécurité, de manutention, d’alimentation de toilette et le passage du PSC1 (prévention et secours civiques de niveau 1).
Renseignements : www.cfpa.pf ou sur CFPA

• ABEP Accompagnement, soins et services à la personne

Pour travailler au sein d’établissements de santé, sociaux ou médico-sociaux, d’associations, d’établissements d’accueil ou d’hébergement, ou au domicile privé des personnes, auprès de familles, d’enfants, de personnes âgées ou de personnes handicapées. Au Grepfoc, renseignements : www.grepfoc.pf ou sur GR.E.P.FO.C

• CAP Assistant technique en milieux familial et collectif

Pour travailler dans les structures collectives publiques ou privées (maisons de retraite par exemple) ou chez les particuliers. Au lycée professionnel protestant Tuteao d’Uturoa ; et au lycée Taiarapu Nui de Taravao dans la section d’enseignement professionnel.

• Bac pro Accompagnement, soins et services à la personne

Pour travailler auprès de familles, d’enfants, de personnes âgées ou de personnes handicapées ou dans des structures selon l’option choisie. Aux lycées professionnels de Mahina, d’Uturoa et au lycée Taiarapu Nui de Taravao ; au Grepfoc.

• Bac ST2S (Sciences et technologies de la santé

et du social) Pour les personnes qui souhaitent s’insérer dans les secteurs du social et du paramédical. Aux lycées de Taaone et de Taravao.

• Assistant de vie aux familles au CFPA

Le titulaire du BTS SP3S (Services et prestations dans les secteurs sanitaire et social) exerce dans différentes structures : mutuelles, structures de soins, centres d’action sociale, services de protection de la jeunesse, établissements médicosociaux, entreprises d’aide à la personne… Au lycée Taaone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *