Taihau MARSHAL : Il veille sur la sécurité informatique

Taihau Marchal est passionné par l’informatique. Petit, il a bien essayé le skate et le vélo mais non, ce qu’il adorait c’était le clavier ! Responsable de la sécurité des systèmes d’information et chef de projet au sein de la Direction des systèmes d’information (DSI), il veille sur toute l’informatique d’Air Tahiti.

L’’informatique a toujours été sa passion. Taihau Marchal grandit avec ses grands-parents et se trouve une activité qu’il adore : l’ordinateur. « J’ai essayé le skate, le vélo, mais je préférais le clavier ! », plaisante-t-il aujourd’hui. Au collège, il aide un de ses professeurs à réinstaller un système sur tous les PC de la salle informatique. Le professeur lui parle de systèmes d’exploitation stables et prédictibles : Linux et Unix. Ils sont encore inconnus par le grand public mais les plus grosses entreprises les utilisent déjà.
Taihau Marchal se plonge dedans et apprend tout seul, devant son ordinateur, à coder. « Je me suis dit que mes capacités en informatique me permettraient peut-être d’avoir un métier. » Il ne s’est pas trompé.
Major de son BTS informatique-gestion, il est embauché à l’hôtel Radisson (devenu aujourd’hui le Tahiti Pearl Beach Resort) comme responsable informatique, puis chez OSB où il est en charge de la sécurité et de l’administration des systèmes et du réseau. Un poste difficile mais qui lui permettra d’apprendre et de continuer à se former pour arriver au niveau Bac+4. « L’entretien chez OSB s’est passé sur console. Il fallait taper des commandes sur des systèmes industriels sous Linux / Unix . Je les connaissais très bien. Ça a été ma chance. » Ce travail est un véritable tremplin. Il arrive chez Air Tahiti en 2009 en tant qu’administrateur système et réseau puis, il y a deux ans, devient responsable de la sécurité des systèmes d’information (RSSI) un poste nouveau dans les entreprises.

Ses missions : gérer et garantir la disponibilité, la confidentialité, l’intégrité et la traçabilité de toutes les données de l’entreprise. « La création de ce poste est la preuve d’un réel virage pris par les entreprises. Auparavant, les actifs d’une entreprise étaient ses machines, ses outils, ses biens… Aujourd’hui, les données ont aussi de la valeur, peut-être plus que les avions. » Sans compter qu’une nouvelle réglementation : le Règlement général sur la protection des données (RGPD) oblige désormais les entreprises à veiller sur leurs données. Le travail de Taihau implique une lourde responsabilité : les systèmes doivent être fonctionnels, chaque donnée doit rester confidentielle, elles doivent également être actualisées et tracées (savoir qui accède aux données et quand). Pour assurer cette veille technologique, Taihau Marchal doit être à la pointe de l’actualité numérique. « Je dois me renseigner sur les virus, les éventuelles attaques dans le monde, suivre l’actualité de la sécurité informatique en générale. Il arrive aussi que les autorités signalent des risques potentiels et l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) a un coordinateur du secteur aérien avec qui nous travaillons », explique-t-il. Il faut être toujours prêt à réagir et à parer d’éventuelles attaques informatiques. « La sécurité informatique est passionnante. C’est un écosystème qui bouge beaucoup, qui évolue très vite. Tous les jours il y a des choses nouvelles », explique-t-il. Les avions aussi sont concernés par son travail. À la fin des journées de vols, tous reviennent au hangar pour transmettre leurs données. Ainsi le programme de maintenance peut-il être ajusté.

Stressé ? Taihau Marchal avoue que son poste est stressant mais qu’il a appris à gérer les tensions avec le temps. « J’ai beaucoup de responsabilités et je n’ai pas le droit à l’erreur. On peut perdre toute la confiance de nos clients en cas de problème. Le risque est donc important. Avec l’équipe de la DSI, on essaye de trouver les bonnes solutions et de choisir le bon plan d’action. »

Taihau Marchal possède une deuxième casquette : celle de chef de projet au sein du service informatique et télécoms. Sur certains projets , la partie informatique lui est dédiée. « C’est très intéressant car je rencontre beaucoup de monde dans l’entreprise et j’ai une vue transverse. Je suis heureux que des gens dans des métiers différents me fassent confiance. » Là aussi, la sécurité des données est prioritaire. Un souci qu’il partage avec toutes les équipes d’Air Tahiti.
Et aussi à la maison, quand son fils de 10 ans surfe sur Internet : « Il doit respecter cinq règles : ne jamais donner son prénom, ni son nom ; ne jamais dire où il habite, ni le nom de son école ; ne pas regarder de choses violentes ; ne pas oublier que les photos qu’il poste seront vues par beaucoup de personnes et pas seulement ses amis ; et rester poli dans ses conversations. » L’informatique, c’est passionnant… mais il faut rester vigilant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *